Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme

Riposte européenne

"Réformer Schengen" : Emmanuel Macron appelle à "regarder lucidement les liens qui existent" entre l’immigration clandestine et le terrorisme

Le chef de l’Etat Emmanuel Macron a reçu le chancelier autrichien Sebastian Kurz ce mardi. Un sommet européen sur la lutte contre le terrorisme était organisé par visioconférence. Le président français a renouvelé son appel pour une refonte de l'espace Schengen.

Alors que Conflans-Sainte-Honorine, Nice, et Vienne ont été récemment ciblées par des attaques terroristes, Emmanuel Macron a invité le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, pour un déjeuner de travail à l'Elysée ce mardi. Les deux dirigeants se sont ensuite entretenus en visioconférence avec Angela Merkel, Mark Rutte ainsi qu'avec le président du Conseil européen, Charles Michel, et la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen.

A l'issue de ce "mini-sommet européen", le président de la République s’est exprimé lors d’une conférence de presse pour rendre compte des premières discussions :

"Il ne faut en rien confondre la lutte contre l'immigration clandestine et le terrorisme, mais il nous faut regarder lucidement les liens qui existent entre ces deux phénomènes".

Emmanuel Macron s’est exprimé en faveur d’un renforcement des frontières extérieures pour lutter contre le terrorisme.

 "Nous devons travailler à une refonte de l'espace Schengen [...] pour qu'il soit aussi un espace de sécurité".

Le président de la République souhaite "nettement améliorer les mécanismes d'évaluation du fonctionnement de Schengen - y compris en sanctionnant ceux qui ne respectent pas leurs obligations", mais aussi "renouveler la gouvernance de cet espace, qui ne fait pas aujourd'hui l'objet d'un suivi politique régulier englobant l'ensemble des politiques concernées - qu'il s'agisse des frontières, d'asile-migration , de sécurité intérieure".

Emmanuel Macron s’est exprimé également sur la question du droit d’asile :

"Dans tous nos pays, nous assistons à un dévoiement du droit d'asile", qui est utilisé "par des trafiquants", des "réseaux" ou des personnes "venant de pays qui ne sont pas en guerre". Il a indiqué être favorable à la création d'"un véritable Conseil de sécurité intérieur".

Cette instance devrait permettre de fluidifier et de mieux coordonner les actions des vingt-sept Etats membres sur ces questions.

Emmanuel Macron considère que "réformer Schengen, c'est permettre la liberté en sécurité".

Le chef de l’Etat s'est dit déterminé à "partager" son ambition "avec l'ensemble de (ses) collègues" européens dans les prochains jours, "pour pouvoir avancer" rapidement "en la matière" :

"Les opinions publiques des États confrontés à la menace terroriste ne pourront longtemps accepter le maintien de nos frontières ouvertes si nous ne réformons pas en profondeur l'espace Schengen".

Le Figaro
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.