Réforme territoriale : Manuel Valls répond à Martine Aubry et trouve sa réaction "disproportionnée" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls s'en prend à Martine Aubry à propos de la réforme territoriale
Manuel Valls s'en prend à Martine Aubry à propos de la réforme territoriale
©Reuters

Déception

Réforme territoriale : Manuel Valls répond à Martine Aubry et trouve sa réaction "disproportionnée"

La maire socialiste de Lille avait notamment estimé vendredi à ce sujet : "On n'est pas en train de faire du Monopoly ou jouer à Sim's City".

"Si depuis deux ans, dans tous les domaines, on avait eu une grande vision et une méthode, on aurait eu un peu moins de problèmes",  déclarait Marine Aubry vendredi lors d'une conférence de presse, dénonçant une "aberration économique et sociale" dans la fusion entre Nord-Pas-de-Calais et Picardie. En fustigeant la forme et le fond de la réforme territoriale engagée par le gouvernement, la maire de Lille devait s'attendre à des réactions gouvernementales. Et c'est Manuel Valls qui le premier est monté au créneau. 

Dans les colonnes du JDD, le Premier ministre dit n'avoir eu qu'un objectif dans la préparation de cette réforme, "avoir une majorité la plus large possible". "Je rediscuterai avec les élus du Nord, du Pas-de-Calais et de la Picardie, mais je trouve que la réaction de Martine Aubry est disproportionnée", a-t-il assuré.

Le chef du gouvernement avait par ailleurs été particulièrement visé par Martine Aubry. "J'ai défendu chez le Premier ministre le fait que la Picardie devait rester seule le temps que l'on puisse se préparer. Et puis, mardi dernier, patatras. Je n'ai jamais vu ça, ni sur le plan républicain, ni sur le plan démocratique" s'emportait la socialiste. Et la maire de Lille de poursuivre particulière virulente : "On n'est pas en train de faire du Monopoly ou jouer à Sim's City. On touche aux origines de chacun". Expliquant "vouloir aller plus loin sur le fond", elle a notamment évoqué l'hypothèse d'une grande région regroupant le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et la Normandie".

Martine Aubry n'est pas la seule à avoir critiqué la nouvelle carte de la réforme. Ainsi des élus d'Alsace et de Normandie, majorité et opposition confondues, désapprouvent le redécoupage en 13 régions métropolitaines, contre 22 aujourd'hui, prévu dans l'article-clé de la réforme territoriale voté par les députés vendredi matin.

Pour rappel, la carte remodelée rattache le Poitou-Charentes à l'entité Limousin-Aquitaine, la Picardie au Nord-Pas-de-Calais et la Champagne-Ardenne à l'Alsace et à la Lorraine.  L'Assemblée doit se prononcer le 23 juillet par un vote solennel sur l'ensemble du projet de loi.

 

 

lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !