Réforme de Schengen : Guéant marque des points mais agace | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Réforme de Schengen : Guéant marque des points
mais agace
©

Frontières

Réforme de Schengen : Guéant marque des points mais agace

Le ministre de l’Intérieur était à Luxembourg pour promouvoir la réforme des accords de Schengen proposée par Nicolas Sarkozy.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant était en campagne à Luxembourg pour promouvoir la réforme des accords de Schengen proposée par Nicolas Sarkozy. Il a déclaré avoir obtenu la "discussion importante" que la France réclamait au Conseil européen.

Le pays, avec le soutien de l’Allemagne avait réclamé dans une lettre cosignée par Claude Guéant et son homologue allemand Hans-Peter Friedrich, la possibilité pour les États de réinstaurer des contrôles en cas de menaces pour la sécurité et l’ordre public mais aussi de forte pression migratoire.

La Belgique et la Suède se sont montrés sceptiques. La ministre belge Joëlle Milquet a reproché à Claude Guéant "d'instrumentaliser" pour des raisons électorales un débat "relativement improvisé". "Je pense que les agendas électoraux me semblent plus importants que le fond des dossiers qui existent depuis très longtemps. Je me sens un peu instrumentalisée" a-t-elle déclaré. L’Autriche, la Hongrie et la République tchèque sont en revanche plutôt favorables à l’initiative franco-allemande.

Selon le ministre de l'Intérieur, on dénombre annuellement 400 000 entrées irrégulières dans l'Union européenne et 4 millions de clandestins dans l'espace Schengen. Il convient donc de mieux gérer celui-ci, "sans affaiblir la liberté de circulation" et en décrétant que le retour des contrôles aux frontières est "un ultime recours".

"Schengen n'est pas un outil de gestion des migrations", a répliqué la commissaire européenne aux affaires intérieures Cecilia Malmström.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !