Droit du travail : Myriam El Khomri dévoile un gros aménagement des 35 heures | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Droit du travail : Myriam El Khomri dévoile un gros aménagement des 35 heures
©Reuters

Pour le futur

Droit du travail : Myriam El Khomri dévoile un gros aménagement des 35 heures

Les accords d'entreprise pourront faire exploser le temps de travail.

Dans une interview aux Echos, Myriam El Khomri révèle plus d'informations sur son projet de loi de réforme du droit du travail, et notamment sur les 35 heures. Elle espère "améliorer la compétitivité des entreprises, développer et préserver l’emploi, réduire la précarité du travail et améliorer les droits des salariés, avec la nouvelle réforme du travail". Dans une interview accordée aux Echos, la ministre argumente les grands objectifs de son projet de loi et assure que "les 35 heures restent la durée légale du travail". Pour augmenter sa compétitivité cependant, une entreprise pourra désormais "prévoir des durées de travail jusqu’à 46 heures hebdomadaires pendant 16 semaines". "Il y a des blocages dans notre société, il faut faire confiance à la négociation collective dans les entreprises et dans les branches, pour les lever, en se basant sur les besoins du terrain".

Concernant la réforme du licenciement économique, la ministre du Travail assure qu’elle a voulu répondre à un besoin de "clarté et de lisibilité". "Sur ce point, nous ne faisons ni plus ni moins que nous aligner sur les droits applicables dans les autres pays", a-t-elle expliqué. "Et là aussi, c’est le fil rouge du texte, les partenaires sociaux sont associés à la démarche, avec la possibilité de préciser, par accord de branches, les situations pouvant justifier des licenciements économiques".

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !