Réforme du Code du travail : le ministère du Travail porte plainte pour des fuites dans la presse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Réforme du Code du travail : le ministère du Travail porte plainte pour des fuites dans la presse
©ALAIN JOCARD / AFP

Poursuites

Réforme du Code du travail : le ministère du Travail porte plainte pour des fuites dans la presse

"L'administration du ministère du Travail a décidé de porter plainte contre X parce que cela porte atteinte à l'honneur et l'intégrité de toute l'administration", a expliqué la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

Dans un article publié le 6 juin, le journal Libération évoquait plusieurs pistes du gouvernement pour sa réforme du Code du travail. Certaines mesures allaient plus loin que celles annoncées officiellement par le Premier ministre Édouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud.  

Pour appuyer ses propos, le quotidien avait publié un texte provenant de la direction générale du travail (DGT), daté du 31 mai et détaillant les "réformes demandées par le cabinet" de Muriel Pénicaud.

Cette dernière se défendrait alors dans la presse. Elle disait ne pas être au courant de ce document. Ce vendredi 9 juin, la ministre du Travail a de nouveau répété que ces éléments publiés dans la presse "n'engagent pas le gouvernement". Elle a également dénoncé "une ou quelques personnes qui ont enfreint la loi, qui ont enfreint la violation [sic] du secret professionnel, qui ont volé ou divulgué des documents".

In fine, Muriel Pénicaud a annoncé que "l'administration du ministère du Travail a décidé de porter plainte contre X parce que cela porte atteinte à l'honneur et l'intégrité de toute l'administration".

"L'administration du ministère du Travail est engagée, compétente. Elle est très mobilisée et je peux vous dire que chez les agents du ministère, c'est très très mal perçu. J'ai vu plusieurs équipes ce matin, j'ai vu différentes administrations, ils se sentent très atteints que l'un des leurs puisse faire une chose qui est si contraire aux lois de la République", a-t-elle expliqué. "Donc je pense que cette plainte dit ce qu'elle veut dire. Ça ne concerne pas le gouvernement, mais en revanche, l'administration a son honneur à défendre", a-t-elle ajouté.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !