Réduction des dépenses publiques : Hollande exige "ténacité" et "patriotisme" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
François Hollande veut absolument réduire la dette publique
François Hollande veut absolument réduire la dette publique
©Reuters

Déterminé

Réduction des dépenses publiques : Hollande exige "ténacité" et "patriotisme"

"Cette année, ce sont 10 milliards d'euros d'économies que nous devrons dégager sur le budget de l'État" a estimé le président de la République.

François Hollande veut que l'année 2013 soit celle des efforts. Le président de la République le martèle, il veut que les dépenses publiques se portent mieux. C'est l'un de ses objectifs prioritaires. Et il l'a redit ce mardi. Avec la MAP (modernisation de l'action publique) lancée par le gouvernement Ayrault, "pour la première fois dans son histoire, notre pays conduira une évaluation approfondie de ses grandes politiques publiques", a affirmé le chef de l'État dans ses voeux aux Corps constitués (haute fonction publique).

"Cette année, ce sont 10 milliards d'euros d'économies que nous devrons dégager sur le budget de l'État tout en préservant les secteurs prioritaires : l'emploi, l'école, la justice, la sécurité". "2013 est une année où il nous faudra faire preuve de ténacité, de volonté, et même, je vais employer le mot, de patriotisme", a-t-il prévenu.

"Entendons-nous bien. Il ne s'agit pas d'une RGPP qui a eu mauvaise presse et qui ressurgirait sous un autre nom. Il ne s'agit pas non plus d'une logique du soupçon", a-t-il dit critiquant la politique menée par son prédécesseur. "Évaluer les services publics, ce n'est donc pas contester leur nécessité. C'est, au contraire, leur donner tous les moyens de leur efficacité et même de leur légitimité", a plaidé le président, prônant "la simplification", "le regroupement" des administrations et "de nouvelles relations entre l'État et les collectivités locales". Parlant d'une tendance française "à faire plutôt compliqué pour montrer que nous sommes plus intelligents que d'autres", il a déploré que notre "pays accumule 2 000 lois, 26 000 décrets, 16 000 pages de circulaires". "Toute création d'une norme nouvelle sera accompagnée de la suppression d'une autre", a-t-il promis. Place désormais à l'action.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !