Quelques heures après les attentats du 13 novembre, l’hallucinante soirée "shit et McDo" de Salah Abdeslam | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Quelques heures après les attentats du 13 novembre, l’hallucinante soirée "shit et McDo" de Salah Abdeslam
©Capture d'écran Facebook

Incognito

Quelques heures après les attentats du 13 novembre, l’hallucinante soirée "shit et McDo" de Salah Abdeslam

Le 13 novembre 2015, quelques heures après la tuerie du Bataclan et les explosions du Stade de France, Salah Abdeslam a passé une soirée décontractée à parler avec des jeunes en mangeant un repas McDonald's et en fumant du shit.

Le témoignage vient d'un jeune homme de Châtillon, interrogé par l'Obs. Dans la Cité Vauban, à Châtillon (Hauts-de-Seine) lui et sa bande sont en train de fumer et manger un fastfood dans la cage d'escalier d'une des tours quand arrive Salah Abdeslam. Ils ne savent pas à qui ils ont affaire, et le trouvent "sympa". S'engage alors une conversation sur la vie d'Abdeslam pendant que les joints tournent.

Il nous a beaucoup parlé de lui, il nous a raconté qu’il travaillait dans la maintenance des trams en Belgique. Il nous a parlé de sa fiancée, il nous a dit qu’il allait bientôt se marier."

Puis les portables sonnent, et les premières images du Bataclan arrivent. Abdeslam ne laisse rien paraître. Il aurait juste eu l'air "curieux".

Plus tard dans la nuit, la bande se disperse enfin. Salah Abdeslam se couche en boule dans un coin, en attendant que ses compagnons belges viennent le récupérer au petit matin.*

Détail troublant, le témoin, qui découvrira deux jours plus tard à qui il avait eu affaire cette nuit-là, est persuadé que le terroriste portait encore sur lui une ceinture d'explosifs. "Sa doudoune était gonflée, il avait un air bizarre."

Lu dans l'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !