« Que ceux qui veulent partir partent, mais ils partent maintenant » : Marine Le Pen avertit ceux qui, au sein du Rassemblement National, souhaiteraient rejoindre Eric Zemmour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen répond aux questions des journalistes en marge du sommet "Défendre l'Europe", organisé par le parti espagnol VOX, à Madrid, le 29 janvier 2022.
Marine Le Pen répond aux questions des journalistes en marge du sommet "Défendre l'Europe", organisé par le parti espagnol VOX, à Madrid, le 29 janvier 2022.
©OSCAR DEL POZO / AFP

Tentation de la "Reconquête !"

« Que ceux qui veulent partir partent, mais ils partent maintenant » : Marine Le Pen avertit ceux qui, au sein du Rassemblement National, souhaiteraient rejoindre Eric Zemmour

La candidate du Rassemblement National a été interrogée ce samedi sur d'éventuelles nouvelles défections dans son camp au profit d'Eric Zemmour. Marion Maréchal devrait clarifier sa position dans les semaines à venir.

Après le départ des eurodéputés du Rassemblement National Jérôme Rivière et Gilbert Collard, Marion Maréchal a déclaré vendredi pencher du côté de la candidature d'Eric Zemmour, plutôt que du côté de sa tante. Ce samedi 29 janvier, Nicolas Bay, qui accompagne Marine Le Pen pour un déplacement officiel à Madrid, a refusé de dire s'il serait à ses côtés jusqu'au premier tour de la présidentielle. Selon des informations du Parisien, la candidate du Rassemblement National a adressé un message fort, en marge de sa visite en Espagne, à ceux qui seraient tentés de quitter le parti pour rejoindre Eric Zemmour et son mouvement Reconquête ! :

« Que ceux qui veulent partir partent, mais ils partent maintenant. Je considère qu'on peut changer de camp, mais il faut le faire maintenant parce que nous avons 70 jours avant un événement majeur pour l'avenir des Français. Avoir des gens qui, aujourd'hui, font semblant d'être ici, alors qu'en réalité, leur cœur ou leur esprit est ailleurs, c'était insupportable. C’est un manque total de dignité, de respect à l’égard de l’ensemble de nos militants qui se battent, eux, avec conviction, avec cœur, avec courage, mais aussi l’ensemble de nos électeurs ».

Marine Le Pen est même allée jusqu’à leur reprocher « la taqiya qu'ils reprochent eux-mêmes aux islamistes », en référence au concept recommandant aux fondamentalistes de dissimuler sa croyance en cas de danger.

Marine Le Pen a rencontré ce samedi ses alliés en Europe lors de son déplacement. Elle a notamment pu discuter avec les Premiers ministres hongrois, Viktor Orban, et polonais, Mateusz Morawiecki. Elle avait déjà exprimé son soutien à la Pologne et la Hongrie dans leur bras de fer avec la commission européenne, prônant comme eux la primauté du droit national sur le droit européen.

À Lire Aussi

Pécresse, Zemmour, Le Pen (et Maréchal…), cette petite finale post présidentielle qui agite la droite et la droite nationale

Marine Le Pen a donc été contrainte de hausser le ton et de demander une clarification des intentions au sein du Rassemblement National suite aux récents départs et après certaines déclarations de figures importantes du mouvement.

Vendredi, la candidate du Rassemblement national avait ainsi jugé « violent » que sa nièce songe à rejoindre son rival en insistant sur « l’aspect personnel » de leur relation et en assurant être « mieux placée » pour gagner en avril que l’ancien éditorialiste.

Alors que des rumeurs évoquaient un ralliement de Marion Maréchal début février, cette dernière a d’abord démenti, avant de se confier au Parisien puis au Figaro pour dire qu’elle veut « refaire de la politique » et qu’elle « penche » pour Eric Zemmour, sans le rallier officiellement à ce stade.

Marine Le Pen a voulu « faire sortir du bois » sa nièce, voire savonner la planche de son ralliement officiel, selon une source proche de la campagne d’Eric Zemmour et d'après des informations du Parisien.

Marine Le Pen vient d’obtenir pour sa campagne présidentielle un prêt de 10,6 millions d’euros « de la part d’une banque européenne ».

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !