Quand une petite île du Pacifique émet des pièces de monnaie à l'effigie de Mickey et de la reine Elizabeth II | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Quand une petite île du Pacifique émet des pièces de monnaie à l'effigie de Mickey et de la reine Elizabeth II
Quand une petite île du Pacifique émet des pièces de monnaie à l'effigie de Mickey et de la reine Elizabeth II
©Reuters

Payer en s'amusant

Quand une petite île du Pacifique émet des pièces de monnaie à l'effigie de Mickey et de la reine Elizabeth II

L'île de Niue, qui touche des royalties sur chaque pièce vendue, espère en tirer au moins 3,1 millions d’euros sur les dix prochaines années.

Effectuer vos achats grâce à vos héros Disney, c’est désormais possible grâce à l’île de Niue. Ce petit territoire du Pacifique sud de 1 400 habitants vient d’émettre des pièces de monnaie à l’effigie de Mickey, Minnie ou Donlad sur une face et de la reine Elizabeth II sur l’autre. Ces pièces en or circulent légalement dans l’île mais, en raison de leur originalité, leur cote s’envole.

Près de 1 000 pièces contenant une once d’argent (28,3 grammes) à l’effigie de Donald Duck ont été récemment vendues en moins de dix minutes, assure Simon Harding, directeur de New Zeeland Mint, l’entreprise privée qui les a frappées. Les pièces les plus populaires sont celles contenant un quart d’once d’or (7,1 grammes) et représentant Mickey, Pluto, Dingo ou Minnie. Elles s’échangent à près de 500 euros alors que leur valeur faciale n'est que de 1,24 euro ! 

28 exemplaires d’une pièce "Disney" contenant un kilo d’or, l’équivalent d’un ligot de 31 000 euros, seront bientôt frappés. L’île de Niue, qui touche des royalties sur chaque pièce vendue, espère tirer au moins 3,1 millions d’euros de ces pièces sur les dix prochaines années. 

En 2011, Niue avait déjà émis des pièces "Star Wars", puis une collection sur le thème de la série de science-fiction britannique "Dr Who" l'année dernière. 

Lu sur Jean-Marc Morandini

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !