Quand un inconnu s'introduit dans la chambre de François Hollande au nez et à la barbe du GSPR | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Quand un inconnu s'introduit dans la chambre de François Hollande au nez et à la barbe du GSPR
©Reuters

Gonflé

Quand un inconnu s'introduit dans la chambre de François Hollande au nez et à la barbe du GSPR

La scène s'est déroulée dimanche à Cuba quelques heures avant que le président de la République ne s'installe dans sa suite de l'hôtel Nacional.

Le pire aurait-il été frôlé ? La vie de François Hollande aurait-elle pu être en danger ? Difficile de répondre par l'affirmative à ces interrogations mais selon une information du Point relayée ce mercredi matin, dimanche, quelques heures avant que le président de la République ne s'installe dans sa suite de l'hôtel Nacional, un homme a pénétré dans l'endroit au nez et à la barbe des services de sécurité cubains et du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR). 

Selon Le Point, ce Français d'environ 60 ans a fait le tour de la chambre puis a été interpellé. Il s'agit là d'une faille importante du service de sécurité de François Hollande. "Sous Mitterrand, Chirac ou Sarkozy, cela n'est jamais arrivé. Ni à leurs Premiers ministres" a confirmé une source à l'hebdomadaire. 

Malgré ce "couac", la garde rapprochée du président assure que le protocole a été respecté. "Ce n'est pas la première fois que le service de sécurité de François Hollande est pris à défaut. Sans conséquence pour la patronne du GSPR", c'est à dire Sophie Hatt. "On privilégie la communication au détriment de la sécurité" a indiqué un haut fonctionnaire au Point. Reste que cette mésaventure pourrait ne pas être sans conséquence pour la patronne du GSPR.

A LIRE AUSSI - Guerre à la tête du GSPR : chuchotements, soubresauts et bavures autour de la protection de François Hollande

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !