Quand Pentagone retweete un appel à la démission de Donald Trump | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Quand Pentagone retweete un appel à la démission de Donald Trump
©Capture d'écran

Malaise…

Quand Pentagone retweete un appel à la démission de Donald Trump

Selon le porte-parole du département américain de la Défense, le colonel Rob Manning, il s'agit d'une "erreur", rapporte The Independent.

Le community manager du Pentagone a dû s'en mordre les doigts. Heureusement, la bourde n'est restée que quelques instants en ligne. Ce vendredi 17 novembre, le compte Twitter officiel du Pentagone a retweeté un message appelant à la démission plusieurs responsables politiques américains, dont le président Donald Trump, rapporte The Independent.

Un message "retweeté par erreur"

Le message a été posté par @ProudResister, une activiste anti-Trump. Le retweet du département américain de la Défense a été partagé aux 5,2 millions d'abonnés du compte, avant d'être rapidement supprimé. Cependant, il n'est pas passé inaperçu. En effet, des captures d'écran ont vite circulé sur la Toile.

>>> À lire aussi : Lancement d’une procédure de destitution : pourquoi Donald Trump ne peut plus se permettre de perdre les élections de “mid-term” 2018

Dans un communiqué, le porte-parole du Pentagone, le colonel Rob Manning, a expliqué qu'un des employés du ministère, autorisé à utiliser le compte Twitter officiel, avait "retweeté par erreur un contenu non approuvé par le Département de la Défense". "L'employé s'est aperçu de son erreur et l'a immédiatement effacé", a-t-il indiqué. 

>>> À lire aussi : Cet autre visage de Wikileaks qu’ont dévoilé les étranges échanges entre les chevaliers de la transparence et Donald Trump Jr 

The Independent

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !