Quand Najat Vallaud-Belkacem se trompe dans son "cours d'histoire" à Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Quand Najat Vallaud-Belkacem se trompe dans son "cours d'histoire" à Nicolas Sarkozy
©Reuters

Nos ancêtres...

Quand Najat Vallaud-Belkacem se trompe dans son "cours d'histoire" à Nicolas Sarkozy

Le Tour de la France par deux enfants, classique des écoles de la IIIème République, n'a pas été écrit par Ernest Lavisse.

La polémique autour de la phrase "nos ancêtres les Gaulois", relancée par Nicolas Sarkozy, continue. En première ligne, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, et donc concernée par la suggestion d'une assimilation par l'école, et par les programmes d'Histoire. 

Ce matin, mardi 20 septembre, la ministre a fermement réprimandé l'ancien chef de l'État et candidat à la présidentielle, lui disant qu'il avait peut-être besoin de "cours d'histoire", car tous les français n'ont pas que des Gaulois comme ancêtres. Selon elle, "on sait que ce n'est pas un roman que l'on doit raconter aux enfants, mais l'histoire véridique telle qu'elle est."

Et de faire son propre cours d'histoire à Nicolas Sarkozy : "La ministre de l'Éducation que je suis connaît parfaitement les premières phrases de ce livre, Tour de France par deux enfants, d'Ernest Lavisse, sous la IIIe République : Autrefois, notre pays s'appelait la Gaule et les habitants les Gaulois."

Le problème, c'est que, comme de nombreuses personnes l'ont signalé sur Twitter, Le Tour de la France par deux enfants, manuel d'histoire très répandu sous la IIIème République et d'où nous vient la fameuse phrase "nos ancêtres les Gaulois", n'a pas du tout été écrit par Ernest Lavisse, mais par Augustine Fouillée, sous le pseudonyme de G. Bruno.

Une erreur qui pourrait arriver à tout le monde et ne change rien au fond du débat, mais qui fait désordre lorsqu'on dit qu'on "connaît parfaitement" la référence et qu'on suggère que c'est son contradicteur qui a besoin de "cours d'histoire"...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !