Quand la CGT coupe l'électricité à Canal+ et TF1 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Quand la CGT coupe l'électricité à Canal+ et TF1
©Reuters

Conflit

Quand la CGT coupe l'électricité à Canal+ et TF1

Depuis le milieu de la matinée, une partie de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, est touchée par une coupure d’électricité volontaire, selon Le Parisien.

Depuis le milieu de la matinée, une partie de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, est touchée par une coupure d’électricité, rapporte Le Parisien ce jeudi 30 novembre. Elle serait volontaire et perpétrée par des militants de la CGT Energie et des salariés d’Enedis (ex-ERDF). Sur leur page Facebook, ils ont confié être à l’origine de cette panne. Leur but : "dénoncer les ordonnances réformant le code du travail et les récentes fusions dans le secteur de l’énergie. Mais aussi mettre la pression sur leur direction alors que les négociations annuelles sont en cours sur les salaires", précise Le Parisien.

"TF1 vient de tomber"

"L’assemblée générale du rassemblement a voté le black-out de Canal +", a également annoncé le syndicat sur son compte Twitter vers 10 h. Et d'ajouter vers 10 h 30 : "TF1 vient de tomber". Les chaînes, équipées de générateurs de secours, n'ont pas vu leurs programmes bouleversés.

"On n’a évidemment pas choisi ce lieu au hasard. Ce poste-source couvre la moitié de Boulogne et notamment le quartier où il y a plusieurs médias. Nos coupures ont été ciblées sur TF1 et Canal +", a expliqué au Parisien Fréderic Probel, syndicaliste CGT. En outre, environ 120 personnes se sont rassemblées devant le poste source, situé rue Pierre-Grenier, qui alimente plusieurs sièges de chaînes, à l’instar de TF1 et Canal +. Ils portaient des banderoles proclamant "EDF-GDF 100% public".

Un millier de clients toujours privé d’électricité

Le poste source de Boulogne-Billancourt a été remis en route par la CGT Energie un peu avant 15 heures. Cependant, un millier de clients était toujours privé de courant à 15 heures, dont des crèches et des écoles, affirme le quotidien. La direction d’Enedis a condamné l'acte de ses salariés et a assuré faire son maximum pour rétablir le courant.

De son côté, le maire (LR) de Boulogne, Pierre-Christophe Baguet a fustigé cette coupure : "Ce qui s’est produit est scandaleux et honteux. On a franchi une nouvelle étape dans la prise d’otage des habitants et la mise en danger de la vie d’autrui. Tous nos feux tricolores ont été coupés, une clinique vétérinaire a dû s’arrêter en pleine opération". Selon lui, il y a eu un "manque de réactivité" de l’État. "Nous avons dû livrer des repas froids dans les écoles à midi, placer des agents partout pour compenser les feux tricolores…", a déploré l’édile, qui a annoncé au Parisien qu'il allait déposer plainte pour l’ensemble des dommages causés à la ville.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !