Quand Gallimard censure une anecdote sur Aragon qui se travestit, Najat Vallaud-Belkacem, qui souhaite "banaliser" l'homosexualité, doit-elle empêcher cela ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Quand Gallimard censure une anecdote sur Aragon qui se travestit, Najat Vallaud-Belkacem, qui souhaite "banaliser" l'homosexualité, doit-elle empêcher cela ?
©

Censure

Quand Gallimard censure une anecdote sur Aragon qui se travestit, Najat Vallaud-Belkacem, qui souhaite "banaliser" l'homosexualité, doit-elle empêcher cela ?

L'ayant-droit du poète a menacé l'auteur de l'essai et Gallimard d'attaques pour diffamation et atteinte à la vie privée.

Aragon refait parler de lui trente ans après sa mort. Alors que les publications s'accumulent sur le célèbre poète français, l'essai de Daniel Bougnoux, spécialiste et directeur de l'édition du cinquième volume de romans d'Aragon édité dans la Pléiade, agite le web et le monde de la culture. La Confusion des genres, publié dans la collection "L'Un et l'autre" dirigée par J. B. Pontalis chez Gallimard, a en effet été censuré et pas de quelques phrases mais bien de tout un chapitre qui donnait par ailleurs toute sa signification au titre de l'ouvrage. L'objet du chapitre qui, comme tout ce qui est interdit se retrouve sur Internet, cette fois sur le site de l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur, raconte la rencontre plutôt cocasse entre Daniel Bougnoux et l'auteur de Les Yeux d'Elsa au début des années 1970. Aragon attire le jeune homme dans sa chambre d'hôtel avant de disparaître dans la salle de bain pour en ressortir transformé en drag-queen. Comme il l'écrit dans le passage, "j’avais à présent devant moi une drag queen qui se mit à rythmer de plus belle les propos d’Eurianthe ou de quelque Lélio, tout en se caressant la poitrine et la toison ventrale. Le parfum, un gel plutôt, n’avait pas été appliqué au hasard et il était facile, à la courte distance où j’étais, de deviner de quel orifice copieusement enduit émanait l’entêtante invite".

L'anecdote n'a pas vraiment plus à Jean Ristat, l'ayant-droit d'Aragon, qui a demandé à Gallimard la suppression de l'ensemble du chapitre. Se serait-il reconnu dans un des paragraphes ? Toujours est-il qu'il a menacé Daniel Bougnoux et Gallimard d'attaques pour diffamation et atteinte à la vie privée. L'éditeur avait pourtant promis de ne pas montrer avant publication l'essai à l'exécuteur testamentaire d'Aragon.

Si l'homosexualité du poète n'était un secret pour personne après le mort d'Elsa, on peut se demander si Najat Vallaud-Belkacem ne devrait donc pas inciter la célèbre maison d'édition à publier le chapitre censuré. La ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement a en effet expliqué cette semaine dans un entretien donné au magazine Têtu qu'il fallait banaliser l'homosexualité. Najat Vallaud-Belkacem a notamment déclaré qu'il serait bien de "passer en revue" les manuels scolaires à propos de l'homosexualité car selon elle, "aujourd'hui, ces manuels s'obstinent à passer sous silence l'orientation LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs, même quand elle explique une grande partie de leur œuvre comme Rimbaud".

Lu sur Arrêt sur images

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !