QE : le représentant français à la BCE s'en prend à mot couvert à l'Allemagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
QE : le représentant français à la BCE s'en prend à mot couvert à l'Allemagne
©

Diplomate

QE : le représentant français à la BCE s'en prend à mot couvert à l'Allemagne

Benoît Coeuré, le membre français du directoire de la BCE, estime que la BCE "a fait son travail" en lançant un plan de quantitative easing. La balle est maintenant dans le camp des gouvernements, ajoute-t-il.

La Banque Centrale Européenne (BCE) a annoncé jeudi un plan massif de rachat de dettes d’Etat. Pour Benoît Coeuré, la faible croissance en Europe et le risque de déflation ont été les déclencheurs de ce plan : "Nous devions faire quelque chose. C'était devenu clair. La seule question était de savoir quoi faire", a-t-il expliqué, peut-on lire dans Business Insider.

Le membre français du directoire de l'institution a ensuite eu des paroles considérées comme une critique - sans le dire - de la politique économique de l'Allemagne. "Nous avons tous quelque chose à faire. Les autres doivent s'y mettre. Nous avons fait ce qu'il fallait. Nous pouvons faire en sorte qu'il soit plus facile d'investir, mais il faut que les autres aient envie d'investir. C'est le boulot des gouvernements", a-t-il dit.

Or, le seul gouvernement qui aujourd'hui est réticent à "s'y mettre", est l'Allemagne.

Le président de la Bundesbank Jens Weidmann, a d'ailleurs exprimé des doutes sur l'efficacité du programme de rachat d'actifs, dans le Welt am Sonntag. Il a d'ailleurs précisé qu'il avait voté contre ce programme. Il estime que la faiblesse de la croissance au sein de l'Union européenne est d'abord liée au degré élevé d'endettement et au manque de compétitivité de certains pays membres.

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !