Pyrénées-orientales : les crues déplacent des milliers de personnes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La prison d'Arles inondée en 2003
La prison d'Arles inondée en 2003
©Reuters

Sous les eaux !

Pyrénées-orientales : les crues déplacent des milliers de personnes

Météo France a placé le département des Pyrénées-Orientales en alerte rouge aux crues, jusqu'à jeudi en raison d'un "risque de crue majeure" de la rivière Agly, au nord de Perpignan. Des évacuations sont en cours.

Selon le site de vigilance des crues, Vigicrues, l'Agly, qui passe à Tautavel et à Rivesaltes, connaît un "risque de crue majeure", comparable à celle très importante de novembre 1999. Autre inquiétude : des phénomènes de rupture ou de débordement de digues qui poussent la préfecture à évacuer les populations.

Les habitants situés à 200 m de la rivière vont être évacués et dirigés vers les centres d'hébergement des communes concernées. L'opération concerne les six communes voisines de l'embouchure de l'Agly, de Rivesaltes à Barcarès, selon le secrétaire général de la préfecture, Pierre Regnault de la Mothe.

Météo-France recommande aux habitants d'éviter tout déplacement et de prendre toutes les précautions nécessaires à la protection de leurs biens face à la montée des eaux, même dans les zones rarement touchées par les inondations. Il est rare de voir l'organisme météorologique déclencher une alerte rouge.

La dernière avait été déclenchée à la mi-janvier dans les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées en raison de risques cumulés d'avalanches, de vents forts et de crues. Dans le département de l'Aude, l'Orbieu, affluent de l'Aude, et la basse vallée de l'Aude sont en vigilance orange, ce qui fait craindre des "débordements importants". Les deux départements restent d'ailleurs en vigilance orange face aux risques de submersion par la mer Méditerranée, grossie par les vents violents des deux derniers jours.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !