Offensive du PS sur les déplacements de Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Offensive du PS sur
les déplacements de Sarkozy
©

Partie de campagne

Offensive du PS sur les déplacements de Sarkozy

Mercredi, deux députés socialistes ont demandé à la commission chargée de veiller sur les comptes des candidats de s'intéresser au cas du président.

Pascal Terasse et Daniel Vaillant passent à l'attaque : dans une lettre adressée à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) et publiée mercredi par Le Monde, ils relèvent que "le président de la République multiplie les déplacements en province, dont le choix des thèmes et l'organisation indiquent qu'il est d'ores et déjà candidat à sa propre succession, et que ces déplacement réguliers relèvent d'actes de propagande".

Le problème de ces déplacements, pour les socialistes, c'est que Nicolas Sarkozy "se sert de l'argent des contribuables pour financer sa stratégie de communication, et ce sans que les frais engagés ne soient par ailleurs intégrés à ses comptes de campagne, conformément aux dispositions de l'article L. 52-11 du Code électoral".

Réaction de Franck Louvrier, le conseiller en communication de Nicolas Sarkozy : "Le PS ne va pas interdire au président de présider. Il lui conseille sans doute de rester à l’Élysée mais le chef de l’État continuera jusqu'à la fin de ce quinquennat de faire deux à trois déplacements par semaine comme depuis 2007".

L'offensive socialiste a été lancé mardi, quand Pierre Moscovici avait dénoncé "l'indécence" du président qui fait campagne aux frais de l’État. Il s'agit de "fraude à la loi" surenchérit Arnaud Montebourg mercredi. Regardez ici la vidéo.


Déplacements présidentiels : pour Arnaud... par LCP

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !