PS : 20 000 adhérents de moins en 2 ans, un "vrai désenchantement" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Au PS, les adhésions sont beaucoup moins nombreuses qu'avant 2012
Au PS, les adhésions sont beaucoup moins nombreuses qu'avant 2012
©Reuters

+ et -

PS : 20 000 adhérents de moins en 2 ans, un "vrai désenchantement"

A titre de comparaison, l'UMP comptait fin 2013, 125 000 membres à jour de cotisation, selon une source à la direction du parti.

Au Parti socialiste, ce n'est pas la grande forme. La politique menée par François Hollande et son gouvernement passe mal auprès des militants PS à qui le candidat avait promis le changement. De ce fait, n'ayant pas réussi à convaincre, les sympathisants fuient le parti. Les défaites aux élections municipales et les européennes n'ont rien arrangé. Ainsi, une baisse de près de 20 000 adhérents en deux ans a été constatée.

Une perte confirmée dimanche par Jean-Christophe Cambadélis. Le premier secrétaire du PS l'a affirmé : il y a eu "25 000" adhérents en moins au PS en deux ans, des militants qui ne sont pas à jour de leur cotisation et sont radiés automatiquement". Dans le même temps "le PS a enregistré 6 000 nouvelles adhésions" a par ailleurs indiqué Laurent Grandguillaume, le responsable des adhésions.

Le Parti socialiste comptait en tout cas "170 000 membres fin décembre 2013". "Il y a une tendance baissière, c'est sûr" reconnaît le député. Il y a un "vrai désenchantement" reconnaît un autre dirigeant du parti. A titre de comparaison, l'UMP comptait fin 2013, 125 000 membres à jour de cotisation, selon une source à la direction du parti. Pour Jean-Christophe Cambadélis, "il n'est pas anormal, dans une période de crise ou une période où on perd des élections, que l'on ait moins d'adhérents. On en a beaucoup plus quand on gagne les élections". Difficile de le contredire sur ce point. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !