Prostitution : le délit de racolage et la pénalisation des clients débattus au Sénat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le Sénat va se pencher sur la prostitution
Le Sénat va se pencher sur la prostitution
©Reuters

Meilleure voie

Prostitution : le délit de racolage et la pénalisation des clients débattus au Sénat

Une proposition de loi, adoptée à l'Assemblée nationale, souhaitait punir les clients plutôt que les prostituées. Le Sénat veut exactement l'inverse.

Comment lutter contre la prostitution ? Les deux assemblées n'ont pas le même avis. Au Palais Bourbon, une proposition de loi a été adoptée en décembre 2013 pour abroger le délit de racolage et sanctionner les clients. Au Palais du Luxembourg, on propose… exactement le contraire.

Le texte arrive donc dans cet hémicycle pour être débattu de nouveau. Dans un premier temps, le Sénat de gauche avait adopté le texte mais en supprimant la pénalisation des clients. "La commission avait estimé que la pénalisation du client n’est pas une réponse adaptée car elle risque d’avoir un effet contre-productif et néfaste pour les personnes prostituées" explique le sénateur PS Jean-Pierre Godefroy, à Public Sénat ajoutant "cela risque d’isoler encore plus les prostituées des personnes qui s’occupent d’elle, de les mettre encore plus en danger et plus sous la contrainte matériel et physique des clients".

Depuis son passage à droite, il semblerait que le Sénat veuille désormais rétablir, en plus, le délit de racolage, mis en place par Nicolas Sarkozy en 2003. "Ce serait un recul considérable" affirme au Monde la rapporteur PS du texte, la sénatrice Michelle Meunier. Les sénateurs débattront pendant deux jours sur cette proposition mais quel que soit leur choix, les députés auront le dernier mot.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !