Villepin dévoile les grandes lignes de son projet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Villepin dévoile les
grandes lignes de son projet
©

République solidaire

Villepin dévoile les grandes lignes de son projet

Le porte-parole de l’ex-Premier ministre a par ailleurs annoncé sa démission.

[Mis à jour le 14 avril à 15h50]

Daniel Garrigue, le député de Dordogne et porte-parole de "République solidaire" a annoncé jeudi 14 avril dans l’après midi sa démission, évoquant plusieurs désaccords avec Dominique de Villepin.

"J'ai annoncé que je démissionnais de mes fonctions de porte-parole et que je ne renouvellerai pas ma cotisation à République solidaire", a-t-il affirmé. Avant de poursuivre : "Ce qui m'a amené à prendre cette décision, c'est les conditions dans lesquelles Dominique de Villepin a préparé le projet qu'il a présenté aujourd'hui".

Le "revenu citoyen", mesure phare annoncée par Dominique de Villepin lors de la présentation de son programme, semble être à l’origine du désaccord : "nous sommes plusieurs à lui avoir dit, dès le départ, que nous étions très réservés. A la fois parce qu'on risque d'aller vers de l'assistance plus que vers de l'insertion. Et puis, le coût de cette mesure de 30 Mds d'euros nous paraît exorbitant au regard du déficit que la France connaît aujourd'hui", a-t-il expliqué.

D’autres points de mésentente ont été mentionnés par Daniel Guarrigue, à l’instar du vote obligatoire


[Mis à jour le 14 avril à 12h40]

Voici les grandes lignes du projet de Dominique de Villepin pour la France, présenté jeudi 14 avril :

Social

- Instauration d’un "revenu citoyen" de 850 euros par mois ouvert aux plus de 18 ans n'ayant aucune ressource et d'une manière dégressive, à tous ceux qui gagnent moins de 1.500 euros

- Un tiers des sièges aux conseils d’administration et de surveillance des grandes entreprises seront réservés aux salariés pour "créer les bases d’un véritable diaologue social"

- Obligation de la paricipation des salariés aux bénéfices

 

Politique

- "Pas de cumul de fonction, pas de cumul de mandats : on doit savoir ce que font nos élus"

- Suppression d'un tiers des parlementaires.

 

Education et recherche

- Une une école "plus juste"

- Des salles d'études dans les immeubles de banlieues pour assurer un soutien scolaire

- Fondation d'une vingtaine de grandes universités  au lieu des 80 actuelles "peser dans le recherche mondiale" et "aboutir à des filières d’excellence"

- Doublement des dépenses de recherches et developpement

 

Santé

- Un "ancrage territorial plus fort des hôpitaux.

- Création de dispensaires et d'hôpitaux de proximité

 

Immigration

- Développant du droit aux allers-retours dans le cadre de l'immigration légale

 

Fiscalité

- Création d'un impôt citoyen simple

- Création d'une TVA "3 E" : emploi, environnement, exportation. "Cette TVA sera juste car elle ne pèsera pas sur le prix des produits courants"

 

Citoyenneté

- Instauration du vote obligatoire

 

Politique internationale

- "Redéployer notre diplomatie vers les pays émergents"

- "Rééquilibrer nos relations avec l'Allemagne"

 

Economie

- Création d'un consel national stratégique "qui rassemblera toutes les forces sociales et économique du pays" et "tourné vers l’investissement de long terme". Il sera doublé d’un organisme de planification.

- Faire des PME le "fer de lance de notre exportation"

 

 

 

Dominique de Villepin a une vision très "dirigiste" de l'économie, selon l'expression que l'ancien Premier ministre dit assumer. A quelques heures de la présentation de son projet pour 2012, il a expliqué aux Echos comment il comptait financer son idée d'un revenu citoyen minimum de 850 euros.

Dominique de Villepin préconise une fiscalité alourdie pour les contribuables les plus aisés. Il défend aussi un grand impôt sur le revenu et le patrimoine qui pourrait aller jusqu'à 60 % (prélèvements sociaux inclus). 

Sur le front de l'emploi, l'ancien Premier ministre propose l'abandon de la défiscalisation des heures supplémentaires tant que le chômage ne sera pas revenu sous la barre des 7,5 %. Il compte plutôt aider les entreprises en prenant en charge une partie du salaire des personnes fraîchement embauchées en CDI.

Enfin, il souhaite la refonte des régions françaises en huit grandes régions, avec un président élu au suffrage universel. Des réunions seraient organisées toutes les deux semaines entre régions, gouvernement et président de la République pour relancer et planifier l'aménagement du territoire.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !