Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
©ludovic MARIN / POOL / AFP

Enquête

Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite

Deux suspects ont été arrêtés en Moselle dans le cadre de l'enquête sur le projet d'attaque au couteau de novembre 2018 contre le chef de l'Etat Emmanuel Macron.

D'après des informations de Franceinfo et du Parisien, deux hommes âgés de 30 à 45 ans, ont été interpellés lundi 11 novembre en Moselle. Ces arrestations interviennent dans le cadre de l'enquête sur le projet d'attentat contre Emmanuel Macron. 

Cette attaque devait se dérouler lors des commémorations du centenaire de la Grande Guerre en novembre 2018. 

Ces interpellations auraient eu lieu dans la zone de Bouzonville et près de Sarrebourg, selon France Bleu Lorraine. Les domiciles des personnes concernées ont été perquisitionnés. 

Selon des informations de Franceinfo, les deux hommes, proches de l'ultra-droite, ont été présentés à un juge d'instruction dans l'après-midi de vendredi en vue d'une mise en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". 

Le parquet national antiterroriste a requis leur placement en détention provisoire. 

Une série d'arrestations était déjà survenue en novembre 2018 dans le cadre de cette affaire. L'un des principaux membres de ce groupe avait prévu un plan pour attaquer le président de la République Emmanuel Macron avec un couteau lors des commémorations du 11 Novembre à Charleville-Mézières dans les Ardennes.    

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !