Profanation de cinquante tombes de soldats allemands | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Profanation de cinquante tombes de soldats allemands
©

Blasphème

Profanation de cinquante tombes de soldats allemands

Aucune inscription n'a été retrouvée qui indiquerait un message politique.

Cinquante tombes ont été profanées dans un cimetière militaire où reposent des soldats allemands, à Saint-Etienne-à-Arnes dans les Ardennes. Selon la préfecture, les faits auraient été commis dans la nuit de vendredi à samedi.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a condamné "fermement" cette profanation. Aucun élément ne permettait de déterminer s'il s'agit d'une "action déterminée" ou "inconséquente de gens irresponsables", selon la préfecture des Ardennes. "On n'a retrouvé aucune inscription ou tag laissant à penser à une revendication ou à un message politique. On ne privilégie rien à ce stade, il faut être prudent", a ajouté la préfecture.

Cette profanation jette une ombre sur le cinquantenaire de la réconciliation franco-allemande célébrée aujourd'hui par Angela Merkel et François Hollande. A peine quarante kilomètres séparent en effet le village de Saint-Etienne-à-Arnes de Reims, où les deux chefs d'Etat sont attendus aujourd'hui, 50 ans après la "messe de la paix" qui y avait été célébrée dans la cathédrale en présence de leurs prédécesseurs, le chancelier Konrad Adenauer et Charles De Gaulle. 

Le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé a exprimé sa "profonde indignation" : "Ces actes d'une extrême gravité sont particulièrement choquants à la veille de la célébration des 50 ans de la réconciliation entre la France et l'Allemagne, née de la volonté indéfectible du Général de Gaulle et du chancelier Konrad Adenauer de bâtir la paix entre nos deux pays", écrit le secrétaire général de l'UMP dans un communiqué. "Les auteurs de ces dégradations devront être poursuivis et condamnés avec la plus grande fermeté", ajoute-t-il.

Lu sur France Soir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !