Proche-Orient : offensive israélienne dans la bande de Gaza, au moins 28 morts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Proche-Orient : offensive israélienne dans la bande de Gaza, au moins 28 morts
©

Les bombardements se poursuivent

Proche-Orient : offensive israélienne dans la bande de Gaza, au moins 28 morts

L'aviation israélienne a mené 160 raids dans la bande de Gaza contre le Hamas durant la nuit de mardi à mercredi a indiqué le porte-parole de l’armée.

La situation au Proche-Orient est de plus en plus tendue. Difficile de faire un réel bilan des différentes offensives menées dans la bande de Gaza. Le dernier en date, relayé par le site de la RTS (Radio télévision suisse) fait état de la mort d’au moins 28 Palestiniens et d’une centaine de blessés suite aux raids menés mardi contre le Hamas par Israël. Concrètement, "il y a eu 160 raids durant la nuit ce qui a porté à 430 le nombre d'attaques aériennes depuis le début de l'opération ‘bordure de protection’", a indiqué ce mercredi le porte-parole, le général Moti Almoz, à la radio militaire en précisant que 120 sites de lancement de roquettes, 10 postes de commandement du Hamas, de "nombreux tunnels" avaient été visés.

Cette vaste offensive israélienne fait craindre un conflit généralisé entre le Hamas islamiste et Israël qui se dit prêt à une attaque terrestre contre le territoire palestinien. Crainte d’autant plus élevée que des explosions ont retenti au cœur de Jérusalem et que le Hamas a assuré que "tous les Israéliens" étaient désormais "des cibles légitimes". Dès lors, "l'armée prépare une série d'options, y compris une invasion ou une offensive terrestre", contre l'enclave palestinienne, contrôlée sur le plan sécuritaire par le mouvement islamiste Hamas, a affirmé, toujours selon la RTS, ce mardi soir un haut responsable israélien sous le couvert de l'anonymat. Un autre responsable a déclaré que l'armée avait reçu des instructions "pour préparer les différentes alternatives militaires pour être prête le cas échéant".

Pour rappel, ces violences ont été déclenchées par l'enlèvement et la mort de trois étudiants israéliens en Cisjordanie suivi de l'assassinat d'un jeune Palestinien brûlé vif la semaine dernière. Il s’agit des plus graves tensions entre les deux camps depuis novembre 2012.
 

lu sur RTS.ch

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !