Procès en diffamation : Jean-Christophe Lagarde se défend de tout clientélisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Christophe Lagarde
Jean-Christophe Lagarde
©LUDOVIC MARIN / AFP

Justice

Procès en diffamation : Jean-Christophe Lagarde se défend de tout clientélisme

Le président de l'UDI attaque en diffamation contre une journaliste qui l'accuse de communautarisme

 Lundi 19 septembre s'est tenu à Versailles le procès en diffamation intenté à l'encontre de la journaliste Ève Szeftel par Jean-Christophe Lagarde, ex-député, ex-maire de Drancy, mais toujours président de l'UDI raconte Le Point.

L'homme politique a cité deux témoins, deux religieux, un rabbin et un imam pour démontrer qu'il ne pouvait être communautariste (comme l'écrit la journaliste dans son livre) puisqu'il était apprécié des deux communautés.

"Pourtant, interrogés par les avocats de la prévenue, Mes Jakubowicz et Zimeray, aucun des deux religieux ne semble franchement à l'aise avec l'idée que leur maire et ami ait pu, d'une quelconque manière, aider, protéger ou donner des responsabilités à la compagne – elle aussi violente - d'un membre du gang des Barbares. Ce groupe s'était rendu coupable de l'assassinat antisémite d'Ilan Halimi en 2006".

"La journaliste décrit les méthodes clientélistes de l'élu et met en lumière ses liens, parfois indirects, avec des voyous multirécidivistes dont il n'aurait pas dû ignorer le pedigree judiciaire. L'audience prend des airs de procès du clientélisme, lorsque un ancien préfet de Seine-Saint-Denis, appelé à témoigner, évoque des « actes graves et délibérés dans la gestion de la municipalité de Bobigny » (tenue à l'époque par les proches de Jean-Christophe Lagarde)."

Le délibéré sera rendu le 21 novembre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !