Prisons : le regroupement des détenus radicalisés pointé du doigt par un rapport | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Prisons : le regroupement des détenus radicalisés pointé du doigt par un rapport
©Reuters

Critique

Prisons : le regroupement des détenus radicalisés pointé du doigt par un rapport

"Le ministère de la Justice se trouve aujourd'hui confronté à un phénomène dont il n'avait mesuré ni la nature ni l'ampleur", estime le contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL).

Selon le bilan dressé par Adeline Hazan, contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), le regroupement des détenus islamistes dans les prisons françaises constitue une réponse "insatisfaisante" à un "phénomène sans précédent". Ce projet, mis en place au lendemain des attentats de janvier 2015, avait déjà été critiqué par un rapport publié l'année dernière. 

Pour établir un bilan des premiers mois d'expérimentation de ce dispositif, trois contrôleurs ont visité les établissements pénitentiaires de Fresnes (Val-de-Marne), Lille-Annoeullin (Nord), Osny (Val-d'Oise) et Fleury-Mérogis (Essonne). Ils y ont rencontré la majorité des 64 détenus présents (117 places disponibles) ainsi que des personnes chargées de leur prise en charge et leur surveillance.

Adeline Hazan ne juge "pas réaliste (...) l'extension de ce modèle expérimental" dans le contexte "d'une surpopulation carcérale structurelle".

"Le ministère de la Justice se trouve aujourd'hui confronté à un phénomène dont il n'avait mesuré ni la nature ni l'ampleur (…) La modicité des structures ne paraît pas correspondre au changement d'échelle" du phénomène au regard de la "hausse spectaculaire" du nombre de détenus concernés, observe la CGLPL, qui regrette des mesures mises en place "dans l'urgence".

"Nous affirmons que ce dispositif présente plus d'inconvénients que d'avantages", a-t-elle ajouté devant les journalistes, estimant "fondamental qu'une évaluation précise" soit entreprise par l'autorité judiciaire dans les plus brefs délais. 

>>>> À lire aussi : La France au bord du chaos : la radicalisation de certains policiers ou militaires achèvera-t-elle de consacrer les violences quotidiennes comme mode de gestion des rapports sociaux en France ?

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !