Primes remises à Claude Guéant : Bachelot le traite de "voleur", les syndicats de police demandent le remboursement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Claude Guéant est critiqué de toutes parts.
Claude Guéant est critiqué de toutes parts.
©

Mécontents

Primes remises à Claude Guéant : Bachelot le traite de "voleur", les syndicats de police demandent le remboursement

Un rapport mené par l'IGPN et l'IGA a révélé que près de 10 000 euros "en provenance des frais d'enquête" lui ont été remis.

Roselyne Bachelot n'hésite plus. Après les perquisitions menées chez Claude Guéant révélant de "nombreux et conséquents paiements de factures en liquide", l'ex-ministre de la Sabté avait assuré que l'ancien ministre de l'Intérieur était "soit un menteur, soit un voleur". Ce mardi, elle est revenue sur ce qu'elle avait dit, pour mieux blâmer Claude Guéant, déclarant sur la chaîne de télévision D8 : "Je regrette ce que j'ai dit. J'avais dit menteur ou voleur, et il semble bien que ce soit peut-être 'et', et non pas 'ou'". 

Mais Roselyne Bachelot est loin d'être l'unique personne à accabler Claude Guéant d'avoir perçu des "primes déguisées" de 10 000 euros par mois entre mai 2002 et l'été 2004 alors qu'il exerçait la fonction de chef de cabinet au ministère de l'Intérieur. Deux syndicats de policiers jugent ainsi que l'ancien ministre doit rembourser l'argent reçu.

Le syndicat national FO-centrale, qui est aussi la première organisation au ministère de l'Intérieur "demande à Claude Guéant de rendre ces importantes sommes d'argent pour qu'elles soient redistribuées équitablement à tous les agents du ministère" qui "subissent depuis 2010 une baisse de leur pouvoir d'achat".

Le porte-parole d'Unité SGP Police Nicolas Comte a quant a lui déclaré ce mardi sur RTL que "les frais d'enquête et de surveillance, ça doit servir à des missions de police. Ça ne doit pas servir à certains à arrondir des fins de mois au black" tandis que Chantal Pons-Messouaki, qui appartient au syndicat des cadres de la sécurité intérieure, a indiqué sur France Info que "si l'enquête révèle que Claude Guéant a effectivement perçu de telles sommes, que tous ceux qui auraient pu en bénéficier remboursent" ajoutant que "si ces faits sont avérés on ne peut que s'indigner et être dubitatif sur l'exemplarité de nos hautes personnalités".


Les primes Guéant by Europe 1

Lu sur Le Lab / Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !