Primaire PS à Marseille : Samia Ghali affrontera Patrick Mennucci | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Primaire PS à Marseille : Samia Ghali affrontera Patrick Mennucci
©

Municipales

Primaire PS à Marseille : Samia Ghali affrontera Patrick Mennucci

La ministre Marie-Arlette Carlotti est éliminée.

Il n'y a pas qu'à Brignoles que l'on votait, dimanche. Marseille a été le théâtre du premier tour de la primaire socialiste en vue des élections municipales de 2014. Un premier tour de scrutin qui a vu Samia Ghali arriver en tête avec 25,25% des voix, devant Patrick Mennucci (20,65%). La ministre Marie-Arlette Carlotti a, quant à elle, échoué à la troisième place de ce vote, annonçant immédiatement son soutien à Patrick Mennucci.

Ce dernier a estimé que sa victoire "tournerait nettement la page du clientélisme et des pratiques mises en place par Jean-Noël Guérini". Une attaque portée aussi bien à l'encontre de l'ancien homme fort du PS à Marseille qu'à celle de Samia Ghali, l'une de ses proches. Plus tôt dans la journée, Marie-Arlette Carlotti avait, elle aussi, dénoncer le "fonctionnement à plein régime du clientélisme". L'une de ses assesseurs assistantes indique même avoir vu, dans le bureau du 15ème arrondissement, "un électeur à qui on donnait une pièce d'un euro (la contribution demandée à tout électeur, ndlr) en lui désignant le bulletin Samia Ghali. C'était la même chose dehors".

Ce sont au total 20 734 personnes qui sont allées voter ce dimanche. "Dans le contexte actuel, c'est une très bonne surprise", a considéré Alain Fontanel, secrétaire national aux fédérations du Parti socialiste. D'autres villes, telles qu'Aix-en-Provence, Le Havre et Boulogne-Billancourt et Béziers, ont également connu leur 1er tour de primaire.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !