Primaire de la gauche : Manuel Valls "s’effacera" en cas de victoire de Benoît Hamon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Primaire de la gauche : Manuel Valls "s’effacera" en cas de victoire de Benoît Hamon
©Reuters

Abandon

Primaire de la gauche : Manuel Valls "s’effacera" en cas de victoire de Benoît Hamon

"Je ne pourrais pas défendre son programme", a expliqué l’ancien Premier ministre.

Certes, Manuel Valls suivra l’engagement pris par tous les candidats au scrutin, il se rangera dernière le vainqueur. Toutefois, sa loyauté s’arrêtera là, il ne défendra pas le programme de Benoît Hamon. Il préfère s’effacer. Invité de BFMTV, l'ancien Premier ministre déclaré : "je ne pourrais pas défendre son programme. Je serai loyal, parce qu'il y a des règles pour la primaire". "Je m'effacerais", a-t-il expliqué, affirmant ne pas pour autant vouloir se placer dans cette perspective.

Manuel Valls dit avoir toujours considéré qu'il n'était pas le favori de ce scrutin. "Cette primaire était difficile parce qu'elle était trop courte et trop brève", a-t-il lancé. Selon lui, la campagne n'a pas permis une clarification nécessaire du fait de la présence de sept candidats avec sept projets. "Il y avait une sorte de confusion", a-t-il reconnu.  Les statistiques ne sont pas en sa faveur pour le vote du dimanche 29 janvier. Cependant, Manuel Valls ne baisse pas les bras et invite les électeurs à se mobiliser davantage : "J'appelle les électeurs à venir nombreux, massivement dimanche prochain, notamment tous les électeurs qui ont fait confiance aux socialistes depuis des années".

>>> À lire aussi : Sondage exclusif : 68% des Français qui participeront au 2e tour de la primaire de gauche souhaitent la victoire de Benoît Hamon contre 25% pour Manuel Valls

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !