Primaire de la droite : de plus en plus de soutiens d'Alain Juppé prennent leurs distances | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Primaire de la droite : de plus en plus de soutiens d'Alain Juppé prennent leurs distances
©Christophe ARCHAMBAULT / POOL / AFP

Ca ne passe pas

Primaire de la droite : de plus en plus de soutiens d'Alain Juppé prennent leurs distances

Sa stratégie d'entre-deux-tours perturbe de plus en plus.

Décidément, ça passe mal. De plus en plus de soutiens d'Alain Juppé prennent leur distance avec le candidat, dont les attaques contre François Fillon sotn considérées comme violentes et injustifiées par de nombreuses personnes à droite, même en-dehors du camp Fillon. 

Ainsi François Cornut-Gentille, porte-parole du candidat, déclare dans un entretien au Figaro être "très mal à l'aise" vis à vis de la stratégie d'Alain Juppé. Il demande à son candidat de "se ressaisir" car il n'a "pas grand chose à gagner ainsi."

Il n'est pas le seul. Arnaud Danjean, autre porte-parole, a réagi par un email critique aux éléments de langage anti-Fillon envoyés par l'équipe Juppé, révèle Valeurs actuelles. "Donc on prend un grosse claque parce que la "suspicion" sur un AJ trop "à gauche" pour l'électorat de droite s'est renforcée ces dernières semaines, et il faudra faire campagne pour un "progressiste" contre un "réactionnaire" la dernière semaine ? Sérieusement ? Je préfère la droite ouverte et réaliste plutôt que "progressiste". Ce langage de gauche est exaspérant et cette ambiguïté nous a déjà coûté trop cher", s'est-il exaspéré.

Hier mercredi 23, Hervé Mariton s'était déjà fendu d'un communiqué pour se désolidariser des attaques d'Alain Juppé sur le supposé "conservatisme" de François Fillon.

A LIRE AUSSI : 215 parlementaires de la droite et du centre dénoncent les attaques contre François Fillon

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !