Primaire de gauche : "c'était un piège" admet Valls | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Primaire de gauche : "c'était un piège" admet Valls
©AFP

Lucidité

Primaire de gauche : "c'était un piège" admet Valls

Dans l'émission "Au tableau", l'ancien Premier ministre estime avoir "pris pour tout le monde".

Mieux vaut tard que jamais. Si le traquenard semblait bien en place, en janvier 2017 pour la primaire de gauche, Manuel Valls ne semblait pas à l'époque voir la gifle arriver. Aujourd'hui, le député reconnait que la manœuvre était compliquée. "Pour la dernière primaire, il ne faut pas avoir de regrets", explique-t-il à des enfants, lors l'émission "Au tableau" qui sera diffusée ce mercredi sur C8.

"Mais c'était très difficile, c'était perdu d'avance, c'était un piège" admet-il aujourd'hui. "Mais pour être sincère, je regrette un peu. J'ai pris pour tout le monde, j'ai pris pour le bilan des cinq années qui venaient de s'écouler." Et de poursuivre : "La foudre m'a un peu frappé pendant plusieurs mois."

Pour rappel, l'ancien Premier ministre avait été sèchement battu par Benoît Hamon au second tour de cette primaire, ne récoltant que 41;31% des suffrages, le 29 janvier 2017. Il a, depuis, quitté le PS.

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !