Primaire de droite : Nicolas Sarkozy, candidat malgré lui ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Primaire de droite : Nicolas Sarkozy, candidat malgré lui ?
©Capture d'écran Facebook

Secret de Polichinelle

Primaire de droite : Nicolas Sarkozy, candidat malgré lui ?

La Haute autorité pour la primaire rappelle que les candidats n'ont pas besoin de se déclarer pour être désignés comme tels.

C'est la petite musique qui irrite les candidats à la primaire depuis des mois. Si Nicolas Sarkozy n'est pas officiellement candidat au scrutin, il continue de faire ses meetings et surtout ses déplacements, au frais du parti. Il est vrai qu'il a jusqu'au 9 septembre pour sortir du bois mais son activité intense, en tant que président des Républicains, n'en finit plus d'irriter François Fillon, Alain Juppé ou encore Hervé Mariton. Ces deux derniers ont ainsi saisi, en début de semaine la Haute autorité pour la primaire de droite afin de trancher le litige.

Si l'instance n'a pas de pouvoir de coercition, elle rappelle néanmoins que "les candidats à la candidature doivent distinguer aussi clairement que possible l'action qu'ils mènent dans le cadre du parti de celle qu'ils mènent dans le cadre de cette candidature." Le message est bien évidemment adressé à Nicolas Sarkozy. Surtout, la Haute autorité, qui veille "à la stricte égalité entre les candidats" peut très bien considérer ce dernier comme candidat, malgré lui ! "La Haute autorité peut prendre en considération non seulement les déclarations expresses par lesquelles un candidat a déclaré son intention de déposer sa candidature à la primaire mais aussi tous éléments de nature à révéler cette intention", souligne l'instance. "Les candidats à la candidature ne se limitent pas aux seuls candidats ayant expressément déclaré leur intention d'être candidat."

"Pour Nicolas Sarkozy, c'est un avertissement sérieux", explique le député Hervé Mariton au Figaro. "C'est à lui de voir maintenant s'il peut continuer à exercer ses fonctions de président du parti sans enfreindre les règles de la primaire." Reste désormais à savoir comment Nicolas Sarkozy va ajuster sa stratégie.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !