Primaire à droite : Fillon est sûr qu'il sera qualifié pour le second tour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Primaire à droite : Fillon est sûr qu'il sera qualifié pour le second tour
©Reuters

Conviction

Primaire à droite : Fillon est sûr qu'il sera qualifié pour le second tour

"Je le sens par rapport à des capteurs de terrain", a-t-il affirmé.

Invité dimanche 6 novembre de l'émission "Questions politiques" sur France Inter, France Info et avec le journal Le Monde, François Fillon a déclaré qu'il était convaincu d'arriver à se qualifier pour le second tour de la primaire de la droite et du centre.

"Ma conviction depuis le début, c'est que je serai au second tour. Je le sens par rapport à des capteurs de terrain", a-t-il affirmé. Il a appelé à se méfier des sondages, qui le donnent actuellement troisième, derrière Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. "Personne ne sait quel est le corps électoral de la primaire", a-t-il insisté. "On voit beaucoup de unes avec Juppé et Sarkozy, mais ce n'est pas ce que je sens. C'est juste un indicateur comme les autres, mais les livres d'Alain Juppé ne se vendent pas !", a-t-il taclé. 

L'ancien Premier ministre a également jugé "digne" et "correct" le climat dans lequel se déroule la primaire. "J'espère que ça va continuer."

"Les politiques qu'on a conduites ont échoué"

François Fillon s'est aussi exprimé sur la montée du Front National. Il a estimé que le FN progressait "parce que les politiques qu'on a conduites ont échoué."

Il a réaffirmé que la rupture promise par Nicolas Sarkozy lors de la campagne électorale de 2007 n'avait pas eu lieu : "Le programme qu'on a défendu n'était pas un programme de rupture en réalité". "C'était un programme fait pour gagner le premier tour de l'élection présidentielle. Il y avait beaucoup de concessions par rapport à nos convictions. On n'a jamais promis de supprimer les 35 heures, ou de réformer la fiscalité.", a-t-il déclaré.

"Le front national n'explose pas que sur la question des migrants", a ajouté le député de Paris. "Il explose parce que les Français ont le sentiment que leurs conditions de vie se dégradent et que les promesses qu'on leur fait ne sont pas tenues."

 

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !