Primaire : "s’il y a des déçus du hollandisme qui veulent nous rejoindre…" affirme Alain Juppé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Primaire : "s’il y a des déçus du hollandisme qui veulent nous rejoindre…" affirme Alain Juppé
©

Les réactions de la matinée

Primaire : "s’il y a des déçus du hollandisme qui veulent nous rejoindre…" affirme Alain Juppé

Ce matin, il était question des primaires mais aussi de chômage. Voici les réactions politiques de la matinée.

Alain Juppé : Invité sur France Inter, le maire de Bordeaux tente de mobiliser les électeurs de gauche. "Tout le monde peut voter. Et si on a voulu des primaires ouvertes c’est justement pour accueillir tout le monde. Donc s’il y a des déçus du hollandisme qui veulent nous rejoindre, ils sont les bienvenus. S’il y a des électeurs du Front national, qui tout d’un coup ouvrent les yeux et se rendent compte de l’absurdité du programme de ce parti, ils sont aussi les bienvenus."

L'ancien Premier ministre est aussi revenu sur la hausse du chômage en août. "Miser sur le partage du travail et les emplois aidés est un échec" explique-t-il. "C'est un échec désastreux" pour François Hollande. "Je vous rappelle l'engagement de François Hollande : Si je n'inverse pas la courbe du chômage, je ne serai pas candidat. C'est à lui maintenant de prendre ses responsabilités."

Luc Chatel : "Sur le chômage, on a tout essayé sauf ce qui marche" estime le secrétaire général des Républicain sur Itélé. "Les résultats témoignent de la fin d'une politique qui a failli (…) Vous avez remarqué, François Hollande, ce n'est jamais de sa faute…"

Marisol Touraine : "François Hollande a une vision pour le pays. Il doit rappeler ce qu'il a été fait. Si on parle de bilan, on parle de chômage mais on doit aussi parler du rétablissement des comptes de la sécurité sociales, de la mise en place de politiques sociales qui sont fortes, qui sont ambitieuses (…) une politique gouvernementale ne se résume pas au chômage" explique la ministre sur FranceInfo.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !