Prêtres pédophiles en Pennsylvanie : la réaction franche du pape François | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Prêtres pédophiles en Pennsylvanie : la réaction franche du pape François
©FILIPPO MONTEFORTE / AFP

Mea culpa

Prêtres pédophiles en Pennsylvanie : la réaction franche du pape François

Ce lundi 20 août, le souverain pontife a adressé une lettre au "Peuple de Dieu" dans laquelle il condamne "avec force les atrocités" commises dans l'État américain de Pennsylvanie par des centaines de prêtres.

Cette fois-ci, François prend la parole en son nom propre. Après la réaction du Vatican, vendredi 17 août, au scandale pédophile impliquant des centaines de prêtres en Pennsylvanie, aux États-Unis, le souverain pontife a adressé une lettre au "peuple de Dieu", ce lundi 20 août.
 
"Ces derniers jours est paru un rapport détaillant le vécu d'au moins mille personnes qui ont été victimes d'abus sexuels, d'abus de pouvoir et de conscience, perpétrés par des prêtres pendant à peu près soixante-dix ans. Bien qu'on puisse dire que la majorité des cas appartient au passé (...) nous pouvons constater que les blessures infligées ne disparaissent jamais, ce qui nous oblige à condamner avec force ces atrocités", écrit le pape dans cette lettre diffusée par le Vatican.
 
Et d'ajouter : "Considérant le passé, ce que l'on peut faire pour demander pardon et réparer du dommage causé ne sera jamais suffisant. Considérant l'avenir, rien ne doit être négligé pour promouvoir une culture capable non seulement de faire en sorte que de telles situations ne se reproduisent pas mais encore que celles-ci ne puissent trouver de terrains propices pour être dissimulées et perpétuées".
 
"Tout ce qui se fait pour éradiquer la culture de l'abus dans nos communautés sans la participation active de tous les membres de l'Églises ne réussira pas à créer les dynamiques nécessaires pour obtenir une saine et effective transformation", affirme encore le souverain pontife dans cette missive diffusée en sept langues.
Lu sur BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !