Présidentielle américaine : Trump redoute des émeutes s’il n’est pas investi par le Parti républicain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Je pense que vous auriez des émeutes, je représente un nombre énorme… des millions de gens", prévoit le milliardaire.
"Je pense que vous auriez des émeutes, je représente un nombre énorme… des millions de gens", prévoit le milliardaire.
©REUTERS / Scott Audette

Boule de cristal

Présidentielle américaine : Trump redoute des émeutes s’il n’est pas investi par le Parti républicain

Les primaires du mardi 15 mars, qui ont vu Trump s'imposer en Floride et échouer l'Ohio en faveur du gouverneur de l'État John Kasich, ont ravivé des hypothèses alternatives au sein de son parti.

Le sulfureux prétendant à la Maison blanche Donald Trump a prédit des "émeutes" dans le cas où le Parti républicain devait décider de ne pas l'investir pour devenir le concurrent du candidat démocrate en novembre 2016. 

"Je pense que vous auriez des émeutes, je représente un nombre énorme… des millions de gens", a-t-il déclaré, assurant qu'il devait obtenir la nomination s'il ne lui manquait que quelques dizaines de délégués pour avoir la majorité. Largement favori dans la course à l'investiture, le milliardaire arbore un style et des idées qui ne font pas l'unanimité au sein du Parti Républicain. 

Les primaires du mardi 15 mars, qui ont vu Trump s'imposer en Floride et échouer l'Ohio en faveur du gouverneur de l'État John Kasich, ont ravivé des hypothèses alternatives qui permettraient à l'appareil du parti de choisir un candidat moins avantagé en termes de délégués, mais potentiellement mieux placé battre l'adversaire démocrate.

>>>> À lire aussi : Pourquoi les Républicains ne pourront plus arrêter Trump

Lu sur Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !