Présidentielle 2017 : réactions politiques de la matinée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle 2017 : réactions politiques de la matinée
©REUTERS/Jacky Naegelen

Compétition

Présidentielle 2017 : réactions politiques de la matinée

Emmanuel Macron, Vincent Peillon et François Fillon sont au cœur de l'actualité ce lundi 12 décembre.

Vincent Peillon a annoncé sa candidature à la primaire de la gauche. Une belle surprise qui suscite l'intérêt de ses rivaux dont Benoît Hamon. Le député des Yvelines "ignore" quelles sont les propositions de son nouveau rival. Outre, il trouve qu'Emmanuel Macron "fait une belle entrée en campagne". "Sa démarche est assez stimulante intellectuellement", avoue-t-il au micro d'Europe 1

>>> À lire aussi : Le sens caché de la candidature Peillon


Hamon : "à cette étape, j'ignore" quelles sont... par Europe1fr

Benoît Hamon n'est pas le seul à s'intéresser à Emmanuel Macron. La députée, Aurélie Filippetti était l'invité de Guillaume Durand sur Radio Classique ce matin. Elle est revenue sur le meeting de l'ancien ministre de l'Économie. "J'aurais aimé savoir comment Emmanuel Macron a payé son meeting à hauteur de 400 000 euros", a-t-elle déclaré. 

"J'aurais aimé savoir comment Emmanuel Macron a... par radioclassique

Quant au jeune leader du mouvement "En marche !", il se voit déjà président de la République. Son discours à Paris samedi avait tendance à le montrer. Son lapsus commis dimanche soir dans l’émission politique de TF1 l’a encore prouvé. Parlant de la loi Travail, l’ancien ministre s’est dit président de la République. Avant de se reprendre...


Le lapsus très révélateur d’Emmanuel Macron par Lopinionfr

François Fillon au cœur des réactions politiques

De son côté, Dominique de Villepin s'en prend de nouveau à François Fillon. L'ancien premier ministre l'a en effet prévenu que la présidentielle "n'a rien à voir" avec la primaire de la droite. "Si la droite se rétrécit sur son socle, elle n'a aucune chance de gagner", a-t-il déclaré au micro de RTL, ce matin. 

Dominique de Villepin : "Si la droite se... par rtl-fr

Marine Le Pen a fustigé hier le volet santé du programme de François Fillon. Le Secrétaire général du FN a continué ces attaques ce matin sur le plateau de l'Opinion. "Il n’est pas un problème pour nous", a déclaré Nicolas Bay. "Son électorat étriqué sera sa faiblesse, il n’a pas l’énergie de Nicolas Sarkozy, sa position est celle d’Alain Juppé il six mois quand il bénéficiait de bons sondages", énumère l’élu FN. Pour Nicolas Bay, François Fillon "va se ‘balladuriser’ dans les mois qui viennent". Le candidat Les Républicains travaille-t-il au rassemblement de son parti ? "C’est surtout une discussion de marchand de tapis qu’il a engagé entre la droite et le centre", répond l’élu FN. "Il va avoir du mal à incarner l’alternative dans cette campagne présidentielle", conclut-il.


Nicolas Bay (FN): «François Fillon aura du mal... par Lopinionfr

Malgré toutes ces attaques, Jérôme Chartier avoue à Léa Salamé sur France Inter qu'"il y a un très fort rassemblement autour de François Fillon"

Jérôme Chartier répond aux questions de Léa Salamé par franceinter

Depuis son ralliement en faveur d'Alain Juppé, Valérie Pécresse se serait attirée les foudres de François Fillon, qui l'aurait qualifié de "Valérie Traîtresse". Ce matin, face à Jean-Jacques Bourdin, la présidente de la région Île-de-France a expliqué son point de vue : "Je suis une femme libre et une femme libre peut faire ses choix en conscience sur des lignes politiques". Celle qui s'est opposé à la fermeture des voies sur berge a également "trouvé un peu misogyne le fait que je sois la seule des quinquas ou des quadras de la droite à ne pas pouvoir faire librement mon choix en faveur d'une ligne politique". "La ligne d'Alain Juppé correspondait plus à mes valeurs", a-t-elle déclaré sur BFMTV et RMC.

"Valérie Traîtresse": un surnom "mysogine" pour... par BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !