Présidentielle 2017 : François Bayrou estime pouvoir gagner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Bayrou croit en son destin
François Bayrou croit en son destin
©Reuters

Ambition

Présidentielle 2017 : François Bayrou estime pouvoir gagner

Actuel soutien d'Alain Juppé, le maire de Pau n'a pas renoncé à son ambition personnelle. Il sera candidat si Nicolas Sarkozy sort vainqueur de la primaire UMP.

S'il soutient toujours Alain Juppé pour l'élection présidentielle, François Bayrou estime que les chances de victoire du maire de Bordeaux sont faibles. "Je lui ai dit que la primaire était un piège et qu'il ne devait pas y participer", confie-t-il dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Valeurs actuelles. En cas de défaite de l'ancien Premier ministre à la primaire UMP, François Bayrou assure qu'il se lancera dans la course à l'Elysée. " Si je considère que c'est mon devoir, je ne me déroberai pas", affirme-t-il.

La maire de Pau (Pyrénées-Atlantiques) se voit comme un des prétendants les plus crédibles à la fonction suprême. " Hollande, Marine Le Pen ou Sarkozy : dans les trois cas, au second tour, c'est jouable. Je suis l'un des quatre qui peuvent gagner", estime-t-il. Avant d'ajouter : "Président de la République n'a jamais été un rêve pour moi, vous croyez que j'ignore la dose de malheur qui s'y attache?"

Le Président du MODEM ne manque pas de s'en prendre à François Hollande.  "Sur l'Europe, c'est criminel de (sa) part cette absence complète de virilité", lance-t-il. Nicolas Sarkozy  - dont il ne doutait pas du retour  - n'est pas non plus épargné. "J'ai lu dans la presse qu'il disait lire beaucoup de livres. J'ai aussi lu qu'il regardait beaucoup de films. Ce que je sais c'est qu'on ne peut pas faire les deux en même temps", ironise-t-il.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !