Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
©VALENTIN FLAURAUD / CHAM / AFP-Services

Il y pense en se rasant

Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"

Le président des Hauts-de-France est "convaincu qu'Emmanuel Macron n'est pas celui qui réussira à réconcilier les Français, ni celui qui protégera le pays", dit-il dans une interview au Parisien.

Candidat à sa réélection lors des régionales de mars prochain, le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand (divers droite, ex-LR) est "plus déterminé que jamais" pour participer à une autre élection : la présidentielle de 2022.

"Je suis convaincu qu'Emmanuel Macron n'est pas celui qui réussira à réconcilier les Français, ni celui qui protégera le pays. Avec lui, il y a un vrai risque de victoire des extrêmes. Je suis le représentant d'une droite sociale, populaire, capable de rassembler, et qui refusera toujours le moindre compromis avec l'extrême droite", déclare-t-il dans le Parisien.

Dans cet entretien, Xavier Bertrand s'en prend à Emmanuel Macron sur plusieurs points. Un président de droite ? "Il ne suffit pas d'avoir été banquier d'affaires pour être de droite… Ni de prendre un Premier ministre issu de la droite… Si Emmanuel Macron était de droite, il aurait fait de la sécurité des Français une priorité, il aurait aussi lutté efficacement contre l'immigration illégale." Le projet de loi sur le séparatisme ? " Le président est un grand naïf qui n'a pas pris la mesure de ces problèmes. Il parle de séparatisme parce qu'il a des problèmes à évoquer le communautarisme et l'islamisme." La gestion de la crise sanitaire ? "Après le scandale des masques, la désorganisation des tests révèle une vraie impréparation."

Pour lutter contre les effets de la crise économique, il salue néanmoins "le dispositif de chômage partiel" qui "a du sens, le gouvernement a bien fait de le mettre en place". Mais pour Xavier Bertrand, il faut aller plus loin "en renforçant le soutien aux catégories les plus fragiles, les intérimaires, les contrats courts, les jeunes qui arrivent sur le marché du travail. Et les indépendants : ceux-là, quand ils n'ont plus d'activité, ils n'ont plus rien pour vivre !"

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !