Présidentielle : Najat Vallaud-Belkacem "en colère" contre Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : Najat Vallaud-Belkacem "en colère" contre Emmanuel Macron
©Reuters

Loyale

Présidentielle : Najat Vallaud-Belkacem "en colère" contre Emmanuel Macron

Le ministre de l'Education nationale estime que la candidature de Macron "n'aura pour effet que d'empêcher potentiellement la gauche d'être au second tour".

La ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem est dans l'Hérault ce samedi, à l'occasion du "banquet républicain" du député Sébastien Denaja. Elle a profité de cette occasion pour répondre aux questions du quotidien Midi Libre, dans lequel elle juge  "légitime" que François Hollande brigue un nouveau mandat.

"C'est à François Hollande de continuer à défendre le projet qu'il a porté pendant cinq ans", déclare-t-elle. "Qu'est-ce qui est cohérent, qu'est ce qui est légitime ? Ce qui me semble parfaitement légitime c'est que le président sortant qui a mené une bataille rude pour redresser le pays, puisse solliciter à nouveau les suffrages de nos concitoyens. C'est important de revenir sur le bilan de ce quinquennat", poursuit-elle.

Pour elle, "l'action politique a besoin de temps dans tous les secteurs. (...) La politique économique mise en œuvre a pris du temps pour produire ses effets. Ce n'est pas en changeant de politique tous les cinq ans que l'on risque de résoudre les problèmes de la France."

Interrogée sur la "posture antisystème de M. Macron", la ministre estime que "c'est une posture facile dans le climat actuel. Faire ainsi passer les partis politique pour des machines inutiles, remettre même en cause la fonction élective..." Najat Vallaud-Belkcem regrette que cette candidature "n'aura pour effet que d'empêcher potentiellement la gauche d'être au second tour." "La candidature de M. Macron me met en colère", assume-t-elle.

Lu dans Midi Libre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !