Présidentielle : les Verts pourraient ne pas recueillir les 500 signatures nécessaires pour une candidature | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : les Verts pourraient ne pas recueillir les 500 signatures nécessaires pour une candidature
©Reuters

La galère

Présidentielle : les Verts pourraient ne pas recueillir les 500 signatures nécessaires pour une candidature

Le parti écologiste est confronté à une perte d'élus sur le plan local et à un contexte politique pénalisant.

Si les Verts ne se font pas d’illusion pour accéder à l’Elysée, ils pourraient de toute façcon s'arrêter bien avant... En effet, en 2017, le parti écologiste pourrait rencontrer quelques difficultés pour obtenir les 500 signatures nécessaires à une candidature pour la présidentielle.

Plusieurs écueils se présentent à eux. D'abord, le parti fait face à une chute considérable de ses élus sur le plan local. Or, comme le note Europe 1, "les élus locaux sont un relais essentiel pour aller convaincre les petits maires sans étiquette". De plus, partir en "opération séduction" pour recueillir les parrainages coûte cher…et le parti est ruiné.

Autre problème, les Verts devront se passer de tout coup de pouce socialiste. En bon stratège politique, François Hollande risque bien de tout mettre en œuvre pour éviter une candidature écologiste, "tant il craint d'être disqualifié dès le premier tour si la gauche est divisée" constate Europe 1.

Le parti vert pourra-t-il compter sur des élus de droite, souhaitant justement diviser la gauche ? Possible, mais peu probable, juge Europe 1 : "les parrainages seront désormais tous publics et on les connaîtra en temps réel. Donc si des élus de droite parrainent un candidat vert, ça se verra, il faudra assumer". La radio estime que le seul véritable recours des écologistes serait…Nicolas Hulot. L'animateur, très apprécié des Français, n’aurait aucun mal à recueillir 500 signatures.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !