Premier tour des municipales 2014 : beaucoup de ministres en difficulté, les barons de l'UMP s'en sortent bien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Premier tour des municipales 2014 : beaucoup de ministres en difficulté, les barons de l'UMP s'en sortent bien
©

Zoom

Premier tour des municipales 2014 : beaucoup de ministres en difficulté, les barons de l'UMP s'en sortent bien

Michel Sapin et Laurent Fabius sont les ministres qui ont recueilli les meilleurs scores.

Après le premier tour des élections municipales dimanche soir, les commentaires étaient quasi les mêmes sur tous les plateaux de télévision. "La gauche paie la politique menée par le gouvernement" lancent les opposants au pouvoir en place. Mais cela se vérifie-t-il dans les faits ? Oui, les ministres présents sur les listes électorales sont globalement en difficulté.

Seuls Laurent Fabius, au Grand Quevilly dont la liste a été élue au 1er tour et Michel Sapin à Argenton-sur-Creuse qui a connu le même succès, ont pu savourer les résultats. Les autres ministres  sont à la peine. Marie-Arlette Carlotti a été écrasée par l'UMP dans un secteur clé à Marseille. La liste PS à Valentigney dans le Doub), sur laquelle figure Pierre Moscovici est en ballottage. A Evry, Manuel Valls est en bonne position mais sa liste n'a pas été élue au premier tour comme ce qui était annoncé. A Metz, la liste PS, qui compte Aurélie Filippetti a une petite chance de l'emporter au deuxième tour dans une triangulaire serrée avec l'UMP et le FN. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture paraît en mesure de l'emporter dans une triangulaire au Mans. 

Frédéric Cuvillier, le ministre des transports, élu dès le premier tour en 2008, est cette fois en ballottage à Boulogne-sur-mer. Guillaume Garot, qui siège sur la liste du maire sortant de Laval, est aussi en ballottage mais nettement défavorable. Valérie Fourneyron, présente sur une liste à Rouen sera opposée à trois autres listes.

A LIRE AUSSI - Premier tour des municipales 2014 : le point sur les triangulaires

A LIRE AUSSI - Méga claque pour le PS : que peut faire François Hollande maintenant ?

A droite, les barons de l'UMP ont connu une soirée nettement plus tranquille. Alain Juppé a été réélu à Bordeaux avec environ 60% des voix. Jean-François Copé n'a connu aucune difficulté à Meaux (64%). François Baroin a été réélu à Troyes dans l'Aube avec plus de 62%. Même chose pour Xavier Bertrand à Saint-Quentin dans l'Aisne avec 53%. Eric Woerth a été lui aussi réélu à Chantilly avec 54% des voix.

Des succès dès le premier tour qui donnent de l'optimisme à l'UMP. De l'optimisme mais pas de triomphalisme comme l'a rappelé Jean-François Copé ce lundi matin sur RMC. Dimanche prochain, on va voter pour des maires, je dis donc, il faut voter pour l'UMP et pas pour le FN car voter FN c'est aider le PS" a martelé le président de l'UMP. Car le FN reste encore un caillou dans la chaussure du parti d'opposition dans de nombreuses villes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !