Pourquoi le shutdown aura des effets désastreux à long-terme sur la Nasa | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pourquoi le shutdown aura des effets désastreux à long-terme sur la Nasa
©Nasa/JPL-Caltech

Fuite des cerveaux

Pourquoi le shutdown aura des effets désastreux à long-terme sur la Nasa

Plusieurs employés de la Nasa ont décidé de quitter l'agence spatiale américaine pendant le shutdown.

La fermeture partielle des services de l'Etat fédéral pendant plus d'un mois aux Etats-Unis, qui a touchée 800.000 fonctionnaires, risque d'avoir des effets à long-terme sur la Nasa, l'agence spatiale américaine. Alors que Donald Trump a menacé d'une nouvelle paralysie budgétaire à partir du 15 février si aucun consensus n'était trouvé sur son mur à la frontière mexicaine, dont il réclame le financement dans le budget et que les démocrates lui refusent, l'agence spatiale souligne déjà les effets à long terme du shutdown - le troisième en un an.

Les développement de plusieurs missions de la Nasa ont dû être stoppés pendant plus d'un mois, ce qui aura un impact sur leur budget, ont prévenu plusieurs responsables, interrogés par le site Space.com. D'autant que le temps que les équipes se remettent au travail, les retards risquent de s'allonger. "L'onde de choc du shutdown va se faire sentir pendant plusieurs mois, voire plus longtemps, juste sur le plan des plannings", explique par exemple Ken Sembach, directeur du Space Telescope Science Institute de Baltimore, qui gère les opérations du téléscope Hubble.

Mais le risque le plus grand est celui d'une fuite des cerveaux, craignent les administrateurs de la Nasa. A chaque shutdown, des employés, plus ou moins haut placé, décident de plier bagage pour notamment partir travailler dans le privé. Jim Bridenstine, administrateur de l'agence, a confirmé que cela a été le cas lors de ce shutdown, le plus long de l'histoire, même au quartier général de l'agence. En plus de ceux qui partent, se pose la question de ceux qui ne viendront pas : les administrateurs craignent que ces shutdowns à répétition, durant lesquels les employés fédéraux ne sont pas payés, ne soient un repoussoir pour les scientifiques et ingénieurs qui auraient été interessés par une carrière au sein de l'agence.

Les sociétés spatiales privées n'en sortiraient pas forcément gagnante, car le shutdown risque aussi d'inciter les étudiants - et en particulier les postdocs internationaux - à éviter les Etats-Unis pour leurs recherches. 

Dernier problème, et non des moindres : en stoppant les opérations de la Nasa, le shutdown a eu des effets délétères sur certains de ses sous-traitants. Tethers Unlimited, une société de l'Etat de Washington spécialisée dans la R&D pour la recherche spatiale, a dû licencier 20% de ses employés, faute d'être payée par la Nasa. 

Space.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !