Pour NKM, "des dizaines d'enfants arrivent tous les jours en retard parce qu'ils sont à la prière" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
NKM a lancé une nouvelle polémique
NKM a lancé une nouvelle polémique
©Reuters

Polémique

Pour NKM, "des dizaines d'enfants arrivent tous les jours en retard parce qu'ils sont à la prière"

Les propos de la numéro 2 de l'UMP ont créé la polémique, Rachida Dati lui réclame des explications.

Nathalie Kosciusko-Morizet n'était pas vraiment une habituée des petites phrases chocs sur l'islam. Peut-être un signe de la nouvelle ligne politique de l'UMP, la vice-présidente déléguée, s'est rattrapée sur BFMTV, le lundi 2 février. "Le maire (de Mulhouse) me dit que dans sa ville, il y a des dizaines d'enfants qui le matin arrivent tous les jours en retard parce qu'ils sont à la prière, ils sont emmenés à la prière par leurs parents" explique NKM. "Et quand leurs parents sont convoqués, parce que les parents sont convoqués, les parents expliquent qu'il y a des autorités religieuses supérieures à tout et supérieures à celles de la République." Les propos ont enflammé les réseaux sociaux peu de temps après.

Dans son camp, certaines voix se sont élevées comme Rachida Dati qui lui demande de "préciser ses propos," toujours sur BFMTV. Le maire de Mulhouse, Jean Rottner, est donc venu à la rescousse de l'eurodéputée, en confirmant ses propos mais en les édulcorant légèrement. "Il y a effectivement des retards qui sont causés, pour quelques enfants, par des parents qui font le choix d'aller d'abord à la prière et d'emmener ensuite leur enfant à l'école" a-t-il expliqué ce mardi 3 février sur RMC.

Pour le président de l'Association des musulmans d'Alsace, ce raisonnement ne tient pas. "C'est faux, pour la simple et bonne raison que la prière est fixée à 7 heures moins le quart ici à Mulhouse, et l'école est à 8 heures" affirme Zaoui Mafoudi à BFMTV.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !