Pour Les Républicains, Gérald Darmanin "n'a pas d'autre choix que de démissionner" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Les Républicains, Gérald Darmanin "n'a pas d'autre choix que de démissionner"
©ERIC FEFERBERG / AFP

Avis

Pour Les Républicains, Gérald Darmanin "n'a pas d'autre choix que de démissionner"

Le ministre, ancien membre du parti de droite, est visé par une enquête préliminaire après une accusation de viol, qu'il conteste.

Gérald Darmanin ne devra pas compter sur son ancienne famille politique pour trouver des soutiens. Le ministre de l'Action et des Comptes publics est visé par une enquête préliminaire du parquet de Paris depuis qu'une dénommée Sophie Spatz a porté plainte contre lui pour "viol". L'ancien maire de Tourcoing conteste les accusations, et est pour le moment défendu par la majorité présidentielle. En revanche, les membres des Républicains – parti auquel il a longtemps appartenu - souhaitent son départ du gouvernement.

"Nous respectons la présomption d’innocence", a déclaré Laurence Saillet lors du point-presse hebdomadaire de LR. "Mais compte tenu des graves accusations qui sont portées, et pour la sérénité de l’action publique, nous pensons qu’il n’a pas d’autre choix que de démissionner". 

Une autre porte-parole des Républicains, Lydia Guirous, a également commenté cette affaire ce lundi. "Ce sont des accusations qui sont très graves, et je comprends l'émotion que peuvent susciter ce type d'accusations", a affirmé Lydia Guirous sur RFI, ajoutant ne pas vouloir faire de "commentaire sur l'enquête en cours". Evoquant les cas de Richard Ferrand, François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard, elle a jugé que "sur un plan politique, on voit bien que le monde vertueux, irréprochable d'Emmanuel Macron se casse la figure".

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !