Pour les investisseurs, le look compte plus que la réputation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Pour les investisseurs, 
le look compte plus 
que la réputation
©

Première impression

Pour les investisseurs, le look compte plus que la réputation

Pour choisir à qui confier son argent, certains visages sont considérés davantage "dignes de confiance", quelle que soit leur réputation.

Comment choisir la bonne personne à qui confier votre argent ? La plupart des personnes interrogées répondront qu’elles étudient la réputation de leur interlocuteur avant de faire affaire … Mais d’après une récente étude, c’est la première impression physique qui compte le plus.
Les chercheurs de la Warwick Business School à Londres ont utilisé un logiciel de modification faciale (FaceGen) pour manipuler différents visages, grâce à un algorithme. Les visages de type caucasien ont été modifiés afin de paraître plus ou moins dignes de confiance. En effet, il est prouvé que certaines caractéristiques physiques inclinent à penser qu’une personne est digne de confiance : de grands yeux, des sourcils hauts, un léger sourire, des yeux tombants …)
Les scientifiques ont donné une somme d’argent aux volontaires, qui ont dû choisir à quel visage ils préféraient confier l’argent pour un investissement. La règle du jeu était simple : quoi qu'il arrive, leur somme d'argent serait triplée entre les mains du fiduciaire, mais ce dernier décidera de lui-même quelle somme reverser à l'investisseur/volontaire. Les participants ont bien sur tenté de confier leur argent à un fiduciaire susceptible de leur rendre une somme plus élevée.
Et il s’avère que pour les investisseurs, l’habit fait le moine : 13 participants sur 15 ont confié leur pécule au visage « digne de confiance ». 
Jusque-là, rien de très surprenant. Mais lorsque les chercheurs ont fourni aux volontaires des informations négatives, salissant la réputation du « visage sympathique », l’effet est resté le même. 
Bien sûr, tous les visages ont pâti d’une réputation sulfureuse, et les volontaires ont investi moins d’argent dans les visages à mauvaise réputation, quelle que soit leur apparence ( visage incitant à la confiance ou à la méfiance). Mais les visages « de confiance » ont tout de même remporté plus de suffrages en moyenne, à 6% au dessus des visages incitant à la méfiance. En résumé : peu importe la réputation d’une personne, les participants font confiance à son visage. Toutes choses égales par ailleurs, un « gentil visage » à la réputation sulfureuse l’emporte sur un « méchant visage » à la réputation tout aussi sulfureuse.
« Il est difficile de résister à la tentation de juger les étrangers par leur visage. Nous tendons toujours à nous fier à notre instinct quand il s’agit de décider si quelqu’un est digne de confiance» explique le docteur Chris Olivola.
Lu sur DNA

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !