Pour le Benelux, "Allah" n'est pas une marque | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Teun Castelein entendait "tester les limites du marché"
Teun Castelein entendait "tester les limites du marché"
©

Provocation ?

Pour le Benelux, "Allah" n'est pas une marque

Un artiste néerlandais a demandé à enregistrer le nom "Allah" comme marque déposée.

Un artiste néerlandais de 32 ans a tenté d'enregistrer le nom "Allah" comme marque déposée. 

Teun Castelein entendait "tester les limites du marché" mais aussi lancer de nouveaux produits portant le nom de Dieu. "Pas une bière ou pas un whisky", précise-t-il. Peut-être une ligne de vêtements ou des bijoux. "C'est un nom magnifique, je suis surpris que personne ne l'ait fait auparavant", explique l'artiste au quotidien De Telegraaf.

L'artiste a payé 250 euros pour le dépôt de la marque auprès de l'Office Bénélux de la propriété intellectuelle (BOIP). Ce dernier a rejeté sa demande dans une décision provisoire publiée lundi. Contacté par l'AFP, Teun Castelein a indiqué ne pas encore avoir eu d'explication quant à la décision du BOIP. Il affirme cependant ce dernier a prévu de lui envoyer une explication très prochainement.

Selon des informations recueillies par la société néerlandaise de conseil en protection des marques déposées, Chiever, le BOIP a rejeté la demande de M. Castelein car il estime que le signe "Allah" manque de "caractère distinctif""C'est surprenant qu'ils aient choisi d'invoquer cette raison quand on sait que des noms tels que 'Jesus' ou 'God Fix It' sont des marques déposées", a déclaré à l'AFP Bas Kist, conseiller chez Chiever.

L'artiste en conclut que l'institution a été effrayée et a ainsi décidé de "traiter autrement" les musulmans que d'autres croyants. Il tient également à préciser que sa démarche n'est pas une provocation gratuite. Il garantit vouloir utiliser la marque dans le respect de l'islam.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !