Pour la DGSE, la Russie préparerait une cyberattaque lors de l'élection présidentielle afin de faire gagner le Front national | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pour la DGSE, la Russie préparerait une cyberattaque lors de l'élection présidentielle afin de faire gagner le Front national
©FRANCK PENNANT / AFP

Soupçons

Pour la DGSE, la Russie préparerait une cyberattaque lors de l'élection présidentielle afin de faire gagner le Front national

Selon des informations du"Canard Enchaîné", les services secrets français s'inquiètent de la menace d'une campagne virale venue de Moscou.

Les services secrets russes vont-ils s'immiscer dans la présidentielle française ? Ce serait en tous cas la crainte de la DGSE, selon des informations du Canard enchainé, qui évoque le sujet dans sa dernière édition. Leur but : favoriser une élection du Front national. Selon le journal satirique, les espions russes seraient déjà en train de préparer une campagne virale en faveur du parti de Marine Le Pen, grâce à leurs robots capables d’inonder les réseaux sociaux de messages de soutien.

Autre possibilité : révéler les mails et données confidentiels des adversaires du Front national. "La cyberattaque est en préparation. Le niveau d'alerte est tel qu'un prochain conseil de défense à l'Élysée est programmé sur le sujet" explique le journal.

Le 28 octobre dernier, "les partis politiques ont été convoqués au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale" afin de participer à un séminaire de "sensibilisation à la sécurité numérique". Les représentants ont ainsi pu récupérer une clé USB sur laquelle se trouve un "guide d'hygiène informatique". Le Canard Enchaîné précise que tous les partis étaient présents "sauf le Front national. Pourtant invitée, la formation d'extrême droite a décliné". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !