Pour Emmanuel Macron, François Fillon est un "candidat du CAC 40" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Emmanuel Macron, François Fillon est un "candidat du CAC 40"
©Soeren Stache / dpa / AFP

Ce n'est pas moi, c'est lui…

Pour Emmanuel Macron, François Fillon est un "candidat du CAC 40"

Accusé d’être le "candidat des banques, du CAC 40" et "d’une élite déconnectée du peuple", l'ancien ministre de l'Economie se défend.

Dès qu'il a déclaré sa candidature à la présidentielle de 2017, Emmanuel Macron a été critiqué par une bonne partie de la classe politique. On lui a notamment reproché le fait d’être le "candidat des banques, du CAC 40" et "d’une élite déconnectée du peuple". Ce vendredi 17 février, lors d'un échange Guillaume Durand sur Radio Classique et il a démenti ces accusations. "Les allégations qui ont été prononcées sont non seulement diffamatoires… S’il y a un candidat du CAC 40, il n’est pas devant vous", a fustigé le leader d'En Marche !, avant d'ajouté "c’est François Fillon".

Il fait cette conclusion en se basant sur le programme de l'ancien Premier ministre. "Moi, mon programme, il n’est pas fait pour les gens qui ont déjà réussi. Il est fait pour que les gens en France puissent réussir, puissent avoir de la mobilité économique", assure-t-il. "C’est pour ça que je parle aussi aux quartiers, je parle à la France périphérique, je parle aux classes moyennes", a-t-il ajouté.  "Moi, ce que je veux, c’est que dans notre société, on casse les murs. Donc, mon financement de mon mouvement politique, il n’est pas fait par le CAC 40 parce que c’est interdit par la loi. J’ai été financé par 20 000 personnes qui ont donné entre 1 et 7 500 euros par personne", a expliqué Emmanuel Macron.

>>> À lire aussi : Emmanuel Macron, l’apprenti sorcier de la politique

Lu sur Le Lab politique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !