Pour Dominique Bussereau, le moral des députés LR "est déjà un peu retombé" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Dominique Bussereau, le moral des députés LR "est déjà un peu retombé"
©Capture d'écran / Europe 1

Coulisse politique

Pour Dominique Bussereau, le moral des députés LR "est déjà un peu retombé"

L’effet de la conférence de presse de François Fillon, qui a eu lieu lundi, s’est estompé.

Invité de la matinale d'Europe 1, ce jeudi 9 février, le député LR Dominique Bussereau a indiqué que l’effet de la conférence de presse de François Fillon, qui a eu lieu lundi, s’est estompé. "Pour parler franchement, hier [mercredi, NDLR], à l'Assemblée, c'était déjà un peu retombé" après un week-end où "l'ambiance était mauvaise" en circonscription, a-t-il déclaré. Soutien d'Alain Juppé lors de la primaire, l'ancien secrétaire d'État aux Transports a en effet constaté une baisse de dynamique pour l’ancien Premier ministre. "Nous étions archi-favoris, et nous sommes troisièmes dans les sondages, il y a de quoi avoir une petite perte de moral. Nous allons nous battre pour lui permettre de remonter la pente, qui malheureusement n'a pas été la bonne ces derniers temps", a-t-il précisé sur Europe 1.

À propos des soupçons de conflit d'intérêts qui pèsent sur François Fillon, dont la société de conseil a travaillé pour Axa entre 2012 et 2014, Dominique Bussereau s'est positionné pour une réglementation plus stricte à l'égard des parlementaires qui exercent une activité privée en parallèle : "Il faut qu'un médecin puisse continuer de s'occuper de sa clientèle privée pour la garder le jour où il n'est plus député. C'est plus compliqué pour un avocat ou un conseil qui peut avoir des liens avec des clients qui ne sont pas des clients privés mais des entreprises ou des clients publics."

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !