Pour Bruno Le Maire, "la lutte contre le Front national ne fait pas un projet politique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Bruno Le Maire, "la lutte contre le Front national ne fait pas un projet politique"
©Reuters

Opinion

Pour Bruno Le Maire, "la lutte contre le Front national ne fait pas un projet politique"

Le député de l'Eure a accordé un entretien au Figaro dans lequel il revient sur les résultats et les conséquences des élections régionales.

C'est une voix qui compte chez les Républicains. Bruno Le Maire s'est exprimé dans les colonnes du journal Le Figaro après les élections régionales. Le député de l'Eure s'est d'abord félicité que le Front national n'ait remporté aucune région. "Le FN n'a aucune réponse crédible à apporter aux Français" plaide-t-il.

Mais celui qui avait réussi à emporter 30% des suffrages lors de l'élection à la présidence de l'UMP en 2014 se méfie de l'idée de travailler avec la gauche, comme le préconise Jean-Pierre Raffarin. "La lutte contre le Front national ne fait pas un projet politique", estime-t-il. "Travailler ensemble, mais pour quel projet? Sur quelle base? Je refuse que nous soyons la caution du socialisme, qui a 700.000 chômeurs de plus sur la conscience, qui ne prend aucune des décisions nécessaires pour la France et qui ne propose rien de neuf. La recomposition politique n'est pas le sujet."

Il adresse en creux une critique à son propre parti. "Au lendemain des régionales, notre famille politique fait-elle envie? Non."

Il juge ensuite que les responsables politiques n'ont pas su se remettre en cause. "L'avertissement ne date pas d'aujourd'hui! Depuis des années, les Français expriment un rejet croissant de la classe politique et du système en place. Nous avons été avertis en 2002, avec le coup de tonnerre de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle. Nous avons été avertis en 2005, après le refus du traité sur la Constitution européenne. Nous avons été avertis aux municipales, aux départementales et maintenant aux régionales.

"Jusqu'où faudra-t-il que le Front national monte pour que les responsables politiques se remettent en cause?", s'interroge-t-il, estimant que "les Français changent" mais que "les politiques bloquent les changements."

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !